Les français toujours amateurs de vidéos en ligne

Régulations

Tous derrière et eux devant. YouTube et Dailymotion campent sur les deux premières places de sites de vidéos les plus visités par les français

Les Obama girls, le dernier clip de Britney Spears ou encore la réaction de jeunes filles en fleur pendant les résultats d’American Idol (la Star Academy américaine), voilà les vidéos du moment les plus regardées. Des contenus qui intéressent toujours au plus haut point les internautes français à en croire la dernière étude ComScore réalisée pour le mois de septembre.

Selon le rapport, 25,4 millions de français ont regardé pas moins de 2,2 milliards de vidéos en ligne pendant le mois. Le site du groupe Google, YouTube reste le premier site de vidéos en rassemblant pas moins de 33,2 % de toutes les vidéos en ligne regardées en France, soit 745.480 vidéos. Le premier réflexe de bon nombre d’internautes semble donc être celui d’aller voir sur YouTube ce qu’il s’y filme.

En deuxième position, on retrouve le français Dailymotion avec une honorable part de marché de 13,5 % pour un total de 303.552 vidéos. Très loin derrière, on retrouve alors le groupe TF1 (Wat.tv) avec 2,2 %, les sites de Microsoft (1,2 %) et Megavideo.com (1%). Un résultat qui montre que le marché est devenu presque totalement duopolistique.

A la loupe, les internautes français ont regardé 88 vidéos par personne en septembre. Là aussi YouTube rafle la mise en accueillant pas moins de 14,6 des 25,4 millions d’internautes français consommateurs de contenus vidéos. Dailymotion.com se place encore en deuxième position avec 10,7 millions d’internautes.

L’étude comScore démontre en outre que les spectateurs français ont regardé un total de 156 millions d’heures de vidéo dans le mois. Des résultats qui ne prennent pas en compte les visionnage via des cyber-cafés ou par un smartphone (sic) alors que 3,8 millions d’abonnés à la téléphonie mobile ont utilisé leur téléphone portable pour regarder la TV ou des vidéos.

De “bons” chiffres qui sont ternis par le nouvel amendement de la majorité présidentielle souhaitant taxer les revenus des sites de vidéos. Une vieille idée défendue par le député UMP Frédéric Lefebvre, également porte-flingue de Nicolas Sarkozy, à savoir taxer tous les services qui permettent de consulter des contenus audiovisuels et qui en tirent une rémunération. Des mesures, qui, si elles sont adoptées pourraient assombrir l’horizon des diffuseurs de contenus.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur