Les jeux vidéo révélateurs de l’esprit guerrier de l’Amérique profonde?

Régulations

Pas moins de six jeux vidéo d’action mettent en scène des militaires à la première personne. Ils sont anonncés aux Etats-Unis pour les prochaines semaines

Hasard des programmations, ou tendance de société ? Il est, en tous cas, évident que les éditeurs de jeux vidéo entendent répondre à la demande du marché. Déjà, trois titres guerriers figurent au top 10 des ventes de jeux sur PC aux USA, et trois au top 20 des ventes sur consoles.

Ces jeux, sont des “first person shooters“, des jeux de tir à la première personne. Le joueur se place soit derrière le personnage à l’écran, soit directement à la place du personnage dont il ne perçoit que les mains et les armes qu’il utilise. Chez les éditeurs, compte tenu des délais de développement – qui se chiffrent en mois, voire en années – ces parutions ne sont pas seulement le fait du hasard. Certaines sorties avaient d’ailleurs été déprogrammées après les évènements du 11 septembre 2001. “Les jeux répondent aux attentes du marché” Anticipant la guerre contre l’Irak, les éditeurs ont accéléré le développement de leurs titres. Ils se déroulent sur les fronts de la première et seconde Guerre mondiale (un classique des jeux vidéo), plus récemment au Vietnam et en Somalie. Mais l’un des plus grands succès concerne la première guerre du Golf, avec “Conflict : Desert Storm” de Take-Two Interactive Software. Beaucoup plus inquiétant, et révélateur d’un esprit guerrier, les mini jeux se multiplient sur l’Internet. Guerriers, mais surtout racistes et ultra violents. Ainsi, sont apparus des jeux qui mettent en scène Saddam Hussein, découpé dans tous les sens du terme, et avec tous les objets possibles et imaginables. Les clans “islamistes” s’y mettent aussi Ces jeux sur Internet ne sont pas uniquement le fait des américains. “Special Force” met en scène des membres du Djihad dont le rôle consiste à tuer un maximum d’ennemis appelés “Zionists“. Le Hezbollah, que les américains accusent d’être à l’origine de l’attentat suicide contre leur ambassade à Beyrouth en 1983, ont déporté une partie de leur action sur le Web. Leur site (http://www.specialforce.net/english/indexeng.htm) logé au Liban, propose le jeu “Special Force“, qui vous propose de devenir “partenaire de la résistance“. Dans le camp opposé à l’Amérique, la démarche se veut aussi une réponse à la domination des jeux du commerce. Ces jeux mettent majoritairement en scène des soldats américains dans des situations pro américaines. Le jeu vidéo, une arme pour l’armée américaine

En 2001, l’association américaine des éditeurs de logiciels de jeux,

Interactive Digital Software Association, a organisé un concours visant à équiper les 72 sous-marins de l’US Navy de consoles de jeux. Quant aux pilotes de l’US Navy, ils s’entraînent régulièrement sur des simulateurs, versions modifiées des jeux du commerce. Et l’armée américaine n’hésite plus à utiliser directement le jeu vidéo comme outil de sensibilisation, voire de recrutement. “America’s Army : Operation est un jeu gratuit, commandé par l’US Army, qui reproduit la vie des militaires. Déjà 1,5 million d’américains se sont inscrits en ligne afin de le télécharger pour y jouer. Et pas seulement dans l’Etat du Texas


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur