Pour gérer vos consentements :
Categories: Composants

Les nanotechnologies au service du diagnostique des maladies avec une sonde en silicium

Ce sont les décennies d’expérience d’IBM avec le silicium qui ont été exploitées par le laboratoire de la firme basé à Zurich. Appliquées aux nanotechnologies, elles ont permis aux chercheurs de mettre au point une sonde en Silicium qui sera utilisée dans l’immunohistochimie (IHC).

Encore en phase d’essai et de validation, une telle sonde devrait bientôt pouvoir permettre aux laboratoires de pathologie de faire des diagnostics plus précis avec des échantillons beaucoup plus petits.

Le silicium au service de la médecine

L’IHC consiste à localiser des protéines dans des cellules d’un tissu humain prélevé par biopsie. Les antigènes sont alors diagnostiqués grâce à l’utilisation d’anticorps.

La sonde souple et sans contact en forme de diamant de huit millimètres de largeur est dite microfluidique (science mettant en œuvre des systèmes manipulant des fluides à l’échelle du micromètre). Elle fonctionne à la manière d’un injecteur d’encre de cartouche d’imprimante. Elle dispose de deux canaux : l’un injecte un picolitre de liquide contenant des anticorps tandis que l’autre aspire continuellement pour éviter qu’il y ait trop de liquide au même endroit.

La coloration qui s’en suit permet de détecter des traces des maladies dans l’échantillon de tissu prélevé sur un patient. L’intensité de la couleur renseigne sur la maladie et son stade de développement.

Vers des diagnostics plus précis

La biopsie qui permet de prélever un échantillon de tissu humain est un procédé invasif et les échantillons sont aussi petits que possible. Or, les erreurs d’analyse sont relativement fréquentes lorsque trop ou bien trop peu de liquide est versé sur l’échantillon.

La sonde en Silicium mise au point est capable de colorer les tissus avec une précision de l’ordre du micromètre. Elle permettra de ne soumettre à l’analyse qu’une partie de l’échantillon.

« Nous avons développé une technologie de validation de concept qui, je l’espère, met la détection de pathologies sur une feuille de route moderne bénéficiant des tout derniers développements dans le domaine de la microfluidique basée sur le silicium », indique Govind Kaigala, scientifique au laboratoire de recherche d’IBM à Zurich. Il ajoute : « Cette nouvelle approche permettra aux pathologistes de colorer les échantillons de tissus avec la précision du micromètre et de réaliser facilement de multiples colorations sur un nombre limité d’échantillons. »

Recent Posts

Après la NAND, Intel dit stop à la gamme Optane

Après avoir vendu son activité NAND, Intel tire un trait sur la technologie 3D XPoint,…

2 semaines ago

Google Analytics : la Cnil a posé les règles du jeu

Près de six mois ont passé depuis de que la Cnil a déclaré l'usage de…

2 semaines ago

Truffle 100 France : le top 20 des éditeurs de logiciels

Truffle 100 France : qui sont les 21 entreprises qui ont dépassé, en 2021, les…

2 semaines ago

Cloud : AWS brocarde les politiques de licences Microsoft

Un dirigeant d'Amazon Web Services dénonce des "changements cosmétiques" apportés par Microsoft à ses politiques…

2 semaines ago

Sécurité du code au cloud : Snyk Cloud, un joker pour développeurs

Snyk officialise le lancement de sa solution de sécurité cloud pour développeurs, Snyk Cloud, fruit…

2 semaines ago

Cegid accroche Grupo Primavera à son tableau d’acquisitions

Cegid va absorber Grupo Primavera, plate-forme de logiciels de gestion d'entreprise née dans la péninsule…

2 semaines ago