Les opérateurs mobiles MVNO débarquent en France

Régulations

Le club des trois -les opérateurs du téléphonie mobile en France- risque d’être quelque peu bousculé. “Mvno”: une nouvelle race de prestataires va finir par s’imposer dans l’Hexagone. C’est SFR qui ouvre le bal avec l’allemand Debitel

Ca y est, le verrou a sauté. C’est SFR Cegetel qui devrait donner officiellement le coup d’envoi ce 11 juin. Il doit annoncer en fanfare l’ouverture du marché à des partenaires à valeur ajoutée, les “Mvno” ou

Mobile Virtual Network Operators. Le ministre de tutelle, Patrick Devedjian, ministre délégué à l’Industrie, n’a pas caché sa lassitude à propos d’une organisation du marché de la concurrence trop consensuelle -une concurrence qui s’exerce à deux contre un, ou à un contre deux, c’est selon. L’ART a émis, à son tour, un rapport faisant état de la nécessité de relancer le marché en autorisant ces revendeurs, dont l’emblème en Europe s’appelle Virgin, par exemple. Les candidats ne manquent pourtant pas à l’appel: parmi les premiers entrants possibles, on cite le plus souvent les très britannique Phone House (Carphone Warehouse) et le suédois Tele2. Le premier à ouvrir le marché français est l’allemand Debitel, suite à un accord avec SFR Cegetel qui doit être officialisé ce 11 juin. Ce ne sont pas des opérateurs au sens stricte, puisqu’ils ne possèdent pas ni ne gèrent d’infrastructure réseau: tels des grossistes ou chaînes spécialisées, ils se contentent de commercialiser des services, en achetant des minutes aux trois opérateurs licenciés, Orange, SFR-Cegetel et Bouygues Telecom. Mais leur marketing agressif, leurs canaux de distribution ne peut manquer d’avoir un impact considérable sur le marché, notamment auprès des cibles de jeunes consommateurs. ( A suivre )


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur