Les opérateurs vendent 20% de forfaits mobiles en moins

OperateursRéseaux
Résultats

Selon Guillaume Van Gaver, PDG de The Phone House, le nombre de forfaits mobiles avec engagement est en chute au profit des offres low cost.

Les opérateurs nous auraient-ils menti ? Alors qu’ils affirment tous être revenus à un niveau de recrutement équivalent à celui constaté avant l’arrivée de Free Mobile en début d’année, Guillaume Van Gaver, le PDG de The Phone House, vient contredire cette analyse.

« Il ya a une réelle baisse des abonnements classiques […] de l’ordre de 20 % […] assez homogène chez les opérateurs », a déclaré mercredi le dirigeant au micro de d’Hedwige Chevrillon de BFM Business. Un témoignage repéré par Univers Freebox.

Selon le responsable de The Phone House, chaîne de boutiques qui vend téléphones et abonnements télécoms aux particuliers, il existe désormais deux modèles de ventes de forfaits mobiles : l’ancien avec téléphone subventionné et période d’engagement, proposé par les trois opérateurs historiques; et le nouveau où les clients s’équipent indépendamment de leur terminal pour souscrire une offre forfaitaire par Internet sans engagement.

20 à 30 % de téléphones non subventionnés

Il va sans dire que c’est l’arrivée de Free qui a provoqué l’émergence de ce nouveau modèle même si les B&You, Sosh et autre RED sont apparus avant les 2 euros (60 minutes/60 SMS) et 19,99 euros (illimité/3 Go) de la filiale d’Iliad. Mais l’agressivité de l’offre, et son succès, a surpris tout le monde. « Free le premier », souligne le dirigeant. Un tarif unique en Europe, rappelle Guillaume Van Gaver, sur lequel les opérateurs français ont évidemment tenté de s’aligner.

Il n’en reste pas moins que « l’on vend toujours plus de téléphones subventionnés avec forfait » car la formule permet aux consommateurs d’acquérir un smartphone, notamment haut de gamme, sans avoir à avancer la somme. Mais le nouveau modèle sans subvention « va représenter entre 20 % et 30 % du marché ». Pile-poil dans l’axe des 25 % de part de marché que Free Mobile s’est fixé comme objectifs.

Quant aux forfaits des opérateurs, plusieurs possibilités peuvent expliquer la différence de recrutement entre leurs déclarations et les constatations de l’activité de The Phone House. Soit un cinquième des clients ne passent plus par l’enseigne de Guillaume Van Gaver pour souscrire à des forfaits subventionnés (peu probable), soit les opérateurs intègrent les souscriptions à leurs offres sans engagement (low cost) dans leurs recrutements. Un phénomène qu’il sera loisible de constater en regard de l’évolution de leurs marges…

crédit photo © Paul Fleet – Fotolia.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur