Les PC à mémoire flash devraient commencer à s’imposer en 2010

Régulations

Deux conditions : les prix devront baisser et les capacités de stockege
augmenter

Le disque dur n’est pas mort, mais il pourrait vivre ses dernières années de domination. En effet, l’adaptation de la mémoire flash dans les PC portables est aujourd’hui une réalité. Aujourd’hui réservées aux plus fortunés, ces machines pourraient s’imposer dans les prochaines années.

Il faut dire que la mémoire flash, en tant que mode de stockage pour les PC, possède de nombreux avantages. Elle permet de réduire le poids, la température, le bruit et la consommation des PC tout en améliorant le démarrage et la vitesse de l’ordinateur.

En entreprise, l’utilisation de la mémoire flash permet de réduire les coûts de maintenance grâce à l’absence de pièces mécaniques.

Selon divers analystes interrogés par Reuters, 20% des nouveaux modèles d’ordinateurs portables seront dotés de “disques” flash ou SSD (solid-state drives), d’ici 2010.

Dans trois ans, 32 millions de nouveaux modèles de PC portables devraient être dotés de “disques” flash, contre à peine 4 millions à l’heure actuelle, pronostiquait récemment dans un rapport l’institut Gartner.

Un autre spécialiste des études de marchés prédit qu’un sixième des ordinateurs portables à destinations des clients entreprises auront recours à la technologie flash.

Pour autant, certaines conditions sont à remplir pour que cette technologie puisse s’imposer massivement. Les prix des machines dotées de ces composants devront baisser. Aujourd’hui, il faut parfois débourser le double du prix normal pour s’offrir un PC SSD. Mais dans le même temps, le prix des mémoires flash baisse de moitié chaque année.

Par ailleurs, la capacité de ces mémoires restent encore très inférieures à celle des disques durs. Mais là encore, ces capacités sont doublées chaque année. Et de nombreux observateurs estiment qu’il sera tout à fait possible de faire coexister les deux technologies dans un premier temps, la mémoire flah pouvant être utilisée pour le démarrage et le stockage du système tandis que le disque dur contiendrait les données.

Conclusion, ces conditions sont en passe d’être levées. Comme nous le confirme Matthieu Gaillot, responsable des relations internationales chez Antéor, grossiste importateur des disques PQI: “Leur prix est divisé par deux tous les mois, ou leur capacité est multipliée par deux pour le même prix.

A titre d’exemple, un disque dur Flash de 64 Go (soit la capacité d’un disque dur d’ordinateur portable d’entrée de gamme) est aujourd’hui proposé à 1.600 euros. Il était à 2.205 euros il y a seulement un mois.

Selon PQI, les premiers portables équipés d’un disque ‘Flash’ et de Windows, et proposés à un prix abordables, arriveront avant la fin de l’année.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur