Les revenus mobiles chutent de 13% au 2e trimestre en France

OperateursRéseaux
Les équipements LTE pèseront 17 milliards de dollars en 2016

Les opérateurs ont généré 9,5 milliards d’euros de chiffre d’affaires au deuxième trimestre. Soit une baisse de 8%. Sur le seul créneau des mobiles, le recul est encore plus sensible. L’effet Free dure… Reste à savoir si la 4G pourra inverser la tendance.

Le marché français des télécoms entretient sa situation paradoxale : générer toujours plus de clients et de trafic tout en voyant ses revenus fondre. A 9,5 milliards d’euros au deuxième trimestre 2013 (dont 8,9 milliards sur les seuls services de communication), le chiffre d’affaires des opérateurs français accuse une baisse annuelle de 7,9 % (à périmètre constant), selon les derniers chiffres de l’Arcep.

Le nombre d’utilisateurs augmente. Il s’approche des 75 millions pour les services mobiles (+6,1% en un an), et atteint les 24,5 millions pour les offres Internet fixe (+4,1%). Seuls les abonnements aux offres de téléphonie seule connaissent une régression de 1,4% à 39 millions de lignes, baisse continue depuis 2010.

La chute des revenus est encore plus significative sur l’activité mobile (-13,2%, à 3,9 milliards d’euros) après un fort recul (-12%) sur la période de janvier à mars, rapporte ITespresso.fr.

Voici plus d’un an que le marché français des télécoms se trouve dans cette situation paradoxale. Même la hausse du volume de minutes consommées sur le trimestre (60 milliards, soit +3,9% en glissement annuel) et de SMS/MMS échangés (48,5 milliards, c’est-à-dire +4,9%) ne compense pas la forte compression des prix induite par l’arrivée de Free Mobile le 10 janvier 2012.

Baisse de l’Arpu

En un an, le panier moyen (Arpu) du mobinaute est passé à 18,70 euros HT par mois (-16,3%).

Le marché de détail se caractérise ainsi plus globalement par une forte croissance des volumes doublée d’une baisse tendancielle des prix… et d’une baisse des revenus en valeur.

Autre point d’impact : les tarifs d’itinérance mobile imposés par la Commission européenne. Entre avril et juin, le roaming a généré 79 millions d’euros de revenus, soit une baisse annuelle de 23,5%. Alors que dans le même temps, le volume de communication a crû de 60%.

Les investissements se maintiennent

Un abonné mobile échange en moyenne 246 SMS par mois (+5% par rapport à 2012) et consomme 164 Mo de données (300 Mo pour les cartes exclusivement Internet, contre 148 Mo au 1er trimestre). On compte, en outre, 74,8 millions de cartes SIM en circulation au 30 juin, dont 7,5 millions de forfaits bloqués (-23,3%), pour un taux de pénétration de 114,1%.

Porté essentiellement par l’essor des objets communicants (M2M), le secteur s’est étoffé de 2,2 millions de ‘clients’ en un an pour atteindre les 6,1 millions (+55,6%).

Chiffrés à 3,6 milliards d’euros sur le premier semestre 2013, les investissements des opérateurs se maintiennent d’une année à l’autre. Ils représentent peu ou prou la moitié des investissements en 2012 (7,3 milliards) et 2011 (7,2 milliards), hors achat de licences d’exploitation des fréquences.

Sources : Observatoire des marchés des communications électroniques en France, 2e trimestre 2013 (Arcep) - r ésultats définitifs
Sources : Observatoire des marchés des communications électroniques en France, 2e trimestre 2013 (Arcep)

Voir aussi
Silicon.fr en direct sur les smartphones et tablettes
Silicon.fr fait peau neuve sur iOS

Crédit photo : © swisshippo – Fotolia.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur