Les small cell d’Alcatel-Lucent au cœur d’un contrat français

OperateursRéseaux
Femtocell 3G entreprise

Alcatel-Lucent serait sur le point de signer un contrat pour fournir des small cells à un opérateur français. Suffisant pour sauver des emplois chez l’équipementier ?

L’appel d’Arnaud Montebourg visant à inciter les opérateurs français à faire preuve de solidarité en achetant leurs équipements télécoms chez Alcatel-Lucent a-t-il (déjà) été entendu ? Au-delà d’Orange (dans lequel l’Etat conserve près de 27% du capital), les opérateurs sont en théorie des entreprises privées libres de faire leurs emplettes en toute indépendance des « invitations » gouvernementales.

Pourtant, l’équipementier français serait sur le point de signer un contrat avec un opérateur local, rapporte l’agence Reuters. Aucun nom n’est pour l’heure divulgué. Mais il s’agirait d’un opérateur « majeur » et concurrent d’Orange. SFR ?

Les small cell au cœur du contrat

Le contrat porterait sur les small cell, ces mini antennes déployées pour renforcer la granularité d’un réseau mobile. Soit en extérieur dans certaines zones denses pour décharger l’infrastructure macro de l’opérateur, saturée par la demande de trafic ; soit en intérieur, notamment pour renforcer la qualité des communications dans les entreprises ou chez les particuliers (femtocell à brancher sur les box) afin de palier à la faiblesse du signal en limite de réseau.

Rappelons qu’Alcatel-Lucent équipe déjà en femtocell Orange, SFR et Bouygues Telecom (qui a récemment renouvelé son parc). De plus, même s’ils sont toujours bons à prendre, les contrats femtocell ne sont pas des affaires majeures. En tout cas pas suffisamment pour permettre à l’équipementier français de conserver une partie des 15 000 salariés en cours de licenciement (dont 900 suppressions de postes en France auxquels s’ajoutent 900 emplois externalisés) dans le cadre du plan de restructuration annoncé la semaine dernière et dont Arnaud Montebourg espère limiter la portée par son appel au secours.

Accompagner la 4G

Le contrat, s’il se confirme, pourrait donc porter sur les small cell outdoor. Lesquelles pourraient accompagner le déploiement de la 4G comme nous le soulignait précédemment André Méchaly, vice-président marketing et stratégie chez Alcatel-Lucent. Et s’inscrire dans la course de vitesse dans laquelle se sont lancés les opérateurs pour couvrir le pays en 4G afin de séduire le maximum de clients de ce nouveau marché mobile.

Selon Reuters, Alcatel-Lucent a promis d’en dire plus… dès que le contrat serait signé. Lequel ne changera probablement rien au plan de licenciements présenté. Michel Combes, Pdg d’Alcatel-Lucent, a annoncé aux syndicats qu’il refuserait de négocier sur le nombre de suppressions d’emploi.


Voir aussi
Silicon.fr en direct sur les smartphones et tablettes
Silicon.fr fait peau neuve sur iOS


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur