Les sociétés hi-tech déposent le plus de brevets

Cloud

Elles souhaitent ainsi garder le contrôle et le fruit de leurs technologies

Les géants des nouvelles technologies déposent le plus de brevets. Selon nos confrères de vnunet.com, qui s’appuient sur un baromètre récent, les acteurs de la haute-technologie continuent à miser sur la constitution de solides portefeuilles de brevets.

Microsoft, Intel et IBM, respectivement propriétaires de 3.505, 2.796 et 2.747 brevets constituent le trio de tête. Les trois entreprises américaines sont suivies par les japonais Hitachi et Panasonic Corporation (ex-Matsushita), puis par Xerox et Sony. Dans le domaine des télécoms, Nokia et Sony Ericsson tiennent le haut du pavé.

L’entreprise E INk, nouvelle venue dans le club très fermé des sociétés prolixes en brevets, profite d’un contexte propice. L’intérêt suscité outre-Atlantique par les e-book (terminaux de lecture numériques) notamment pour le Kindle d’Amazon ou l’e-Reader de Sony, a encouragé E Ink, à l’origine d’une technologie d’encre numérique, à multiplier les brevets.

Pour les entreprises, les brevets demeurent avantageux. La conservation de la propriété intellectuelle et surtout, l’assurance d’encaisser les revenus liés aux innovations dûment déposées restent des arguments de poids.

Les intenses batailles juridiques qui se sont déroulées ou se déroulent encore entre les différents acteurs, d’Alcatel-Lucent à Microsoft en passant par Google ou Apple, prouvent que les géants ne badinent pas avec les produits issus de la matière grise de leurs ingénieurs.

L’IEEE (Institute of Electrical and Electronics Engineers), société à but non lucratif dédiée à la promotion du savoir dans le domaine de l’ingénierie électrique, souhaite mettre en place des commissions chargées d’empêcher les conflits autour des brevets. Une bonne idée pour éviter aux entreprises de très longues et coûteuses procédures dont l’issue intervient souvent en dehors des tribunaux.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur