Les télécoms portugais flambent

Régulations

L’OPA lancée par Sonae sur Portugal Telecom a fait bondir le titre de ce dernier de plus de 22 %

La Bourse de Lisbonne est en pleine effervescence? Rarement elle n’aura flambé si rapidement, ni avec une telle ampleur !

A l’origine du phénomène, la volonté du conglomérat portugais Sonae, dirigé par le milliardaire Belmiro de Azevedo, de devenir le premier opérateur télécoms du pays. Et pour cela, il a mis la paquet : Sonea a lancé une OPA à 9,50 euros l’action de Portugal Telecom, et 5.000 euros par obligation convertible. Ce qui valorise l’opérateur historique portugais à 10,7 milliards d’euros. La mariée est bien belle aussi, et mérite toute l’attention du groupe. Portugal Telecom possède le premier réseau fixe du pays, ainsi que TMN, le premier opérateur mobile, TV Cablo, le premier câblo opérateur. Il est aussi le premier opérateur mobile en Amérique latine, et un éditeur multimédia avec PT Multimedia. Sonae est déjà présent sur le marché portugais avec sa filiale Sonaecom, dans laquelle France Télécom possède une participation de 23,7 %, qui contrôle Optimus, troisième opérateur mobile portugais. L’offre de Sonae sur PT parait séduisante, et a généré une gigantesque vague spéculative sur le titre. Mais face au conglomérat pourrait se dresser un acteur de poids, l’espagnol Telefonica, qui possède une participation d’environ 10 % sur l’opérateur historique. L’espagnol aurait lui aussi des vues sur Portugal Telecom. Mais un accord pourrait satisfaire les deux parties. Ainsi Sonae a déclaré qu’il cèdera la participation de PT dans Vivo, opérateur de téléphonie mobile brésilien, justement codétenu avec Telefonica.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur