Les utilisateurs actifs préfèrent les smartphones à taille intermédiaire

Poste de travailSmartphonesTablettes

Smartphone, tablette, phablet… Quel écran pour quels usages ? Si les tailles intermédiaires sont privilégiées, les tablettes s’imposent dans les jeux.

Avec la multiplication des smartphones, tablettes et autres phablets, l’offre des formats d’écran sur le marché mobile est devenue une vraie jungle. Notamment pour les développeurs en droit de se demander sur quel type d’appareil les mobinautes utilisent le mieux, ou le plus, leurs applications.

Les 3,5-4,9 pouces majoritaires

C’est pour tenter de répondre à la question que le cabinet Flurry s’est penché sur la problématique en analysant les usages des 200 principaux modèles de smartphones et tablettes en service sur (sur 2000 détectés) parmi le milliard d’appareils utilisés dans le monde.

Il en ressort qu’une large majorité de 69% des terminaux dispose d’un écran de 3,5 à 4,9 pouces. Suivis de 16% à moins de 3,5 pouces.

Les petites tablettes (7 à 8,4 pouces) comptent pour 6% du marché. Forcément moins que les ardoises à plus de 8,4 pouces entrainées par l’indétrônable iPad.

Quant aux phablets, ces terminaux à cheval entre le smartphone et la tablette avec des écrans de 5 à 6,9 pouces (dans les faits le plus grand écran, le Huawei Ascend Mate, se limite à 6,1 pouces) se contentent d’une niche de 2%.

La taille compte

Voilà pour la répartition des volumes. Mais les usages bousculent quelque peu ces données. De fait, les utilisateurs actifs sont 72% à se tourner vers un téléphone de taille intermédiaire (3,5-4,9 pouces). Et 13% à préférer les tablettes de grandes tailles. Autrement dit, le confort d’affichage est clairement pris en compte par l’utilisateur. D’ailleurs, ils sont 3% à utiliser un phablet.

La surface d’écran ne constitue pas le seul critère de choix. L’OS compte également. À l’exception de Blackberry, dont 70% des utilisateurs se limitent à 3,5 pouces, la majorité des usagers actifs d’Android, iOS et Windows Phone privilégie les formats intermédiaires. L’exception Blackberry s’explique entre autres par un volume important de modèles à clavier physique qui n’offrent qu’un écran de 3,5 pouces au mieux.

Les tablettes pour les jeux

Autres données comparées, sur le temps d’usage cette fois. Près de 30% du temps passé à jouer se fait sur les tablettes (petites et grandes) contre 70% sur les smartphones (dont 64% pour les écrans intermédiaires). Alors que la lecture de livre électronique ou le visionnage de vidéo ne compte que pour 10% et 8% respectivement du temps passé sur une tablette.

L’explication tient probablement dans le fait que les utilisateurs consomment ce genre de données essentiellement sur leurs smartphones lors des phases de transports ou de pauses au travail dans la journée, avance Flurry. Alors que les tablettes, plutôt utilisées à domicile, sont concurrencées par les écrans plus grands (ordinateur, téléviseur) et les livres papiers.

Galaxy S et iPad : le duo gagnant

« Alors que les fabricants expérimentent un nombre sans cesse croissant de facteurs de forme, les développeurs ont besoin de rester concentrés sur les appareils les plus reconnus et utilisés par les consommateurs, conclut Flurry. Selon notre étude, la plupart des consommateurs préfèrent et utilisent des applications sur les smartphones de taille moyenne tels que les smartphones Samsung Galaxy S et les tablettes en mode plein écran comme l’iPad. »


Voir aussi
Silicon.fr étend son site dédié à l’emploi IT
Silicon.fr en direct sur les smartphones et tablettes


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur