Les utilisateurs préfèrent les smartphones à écran tactile

Réseaux

Plus de la moitié des smartphones vendus fin 2009 étaient dotés d’écrans tactiles. L’interface tactile constitue désormais un des premiers critères de sélection d’un smartphone pour la majorité des utilisateurs.

Les smartphones à écran tactiles constituent désormais la majorité des ventes de «téléphones intelligents» dans le monde. Selon le cabinet Canalys, les smartphones à écran tactiles ont constitué 55 % des ventes du 4e trimestre 2009. Une tendance qui devrait s’accélérer en 2010 puisque 60 % des 4000 utilisateurs sondés par le cabinet d’études annoncent leur intention de privilégier l’écran tactile pour leur prochain équipement.

Rappelons que sont considérés comme smartphones les téléphones dotés de fonctionnalités avancées qui permettent d’exécuter toutes sortes d’applications et de surfer (relativement) confortablement sur Internet. C’est notamment ce lien permanent avec ses relations ou son entreprise viales réseaux haut débits 3G, mais aussi les services de navigation assistée ou de géolocalisation GPS, qui constituent le principal attrait des consommateurs pour les «téléphones intelligents». Démocratisé par l’iPhone en 2007, l’écran tactile propose une nouvelle ergonomie de navigation tout en offrant de nouveau design de téléphone par la suppression du clavier physique.

Apple mène la course

Sans réelle surprise, c’est Apple qui mène la course. L’iPhone compte ainsi pour 33,1 % des 75,8 millions de téléphones à écrans tactiles vendus en 2009. Soit plus de 25 millions de terminaux estampillés de la pomme mis en circulation l’année dernière. Toujours selon Canalys, Apple est talonné par Nokia (22,3 millions d’unités pour 29,5% du marché des tactiles). Un bond de plus de 4000% comparé aux 536 000 unités commercialisées en 2008 qui prouve, malgré son passage à vide, la capacité du constructeur finlandais à rebondir sur un marché en forte évolution.

Nokia, ou plus exactement Symbian, conserve d’ailleurs sa place de numéro 1 des systèmes d’exploitations mobile en équipant 78,5 millions des 166 millions de téléphones mobiles vendus en 2009. Soit plus de 47 % du marché. Le finlandais est suivi par le canadien RIM qui, avec 34,5 millions de BlackBerry vendus, s’octroie près de 21 % du marché des OS mobiles. Apple et ses 25 millions d’unités revendique 15 % des parts suivi de Microsoft (8,8 % pour 14,7 millions de Windows Mobile en circulation) qui accuse une dangereuse chute de 26,4 %, et Android qui, en a peine plus d’un an, occupe 4,7 % du marché (5,6 millions de téléphones).

2010, l’année de la fidélisation des consommateurs

2010 pourrait bien constituer une année clé sur le futur marché des smartphones. C’est en effet aujourd’hui que les constructeurs doivent fidéliser leurs clients, notamment au niveau des OS et interface (ce que semblent bien avoir compris Apple et Google Android). « Il est évident que les marques avec un faible taux de désabonnement sont aussi les leaders, souligne l’analyste Pete Cunningham, Ces appareils nécessitent généralement un niveau plus élevé en temps passé par l’utilisateur. Si vous avez optimisé votre terminal et l’avez configuré pour utiliser vos clients email et de réseaux sociaux, des solutions de navigation, et d’autres applications et contenus préférés, alors changer de plate-forme devient moins commode. »Cette fidélisation de plate-forme pourrait également constituer une stratégie pour des plus petit acteurs comme Palm qui tente de revenir dans la course avec WebOS installé sur le Pre et le Pixi.

Reste à savoir quelles plates-formes s’imposeront au détriment de quelles autres. Si sur le papier, Nokia semble bien installé et devrait même relancer l’offensive avec la libéralisation du code de Symbian OS, en 2009 le constructeur finlandais a cédé du terrain face à l’iPhone d’Apple et aux BlackBerry de RIM. Ce dernier devra peut-être faire évoluer sa gamme pour répondre à l’engouement pour les produits tactiles. A ce jour, le Storm est le seul modèle du constructeur à proposer un écran tactile. Microsoft a pour sa part intérêt à se réveiller. Windows Mobile 7 sera-t-il à la hauteur des enjeux? Quant à Android, arrivé parmi les derniers, il permet à Google de rapidement faire son trou sur le marché des smartphones. Il restera à confirmer sur la durée les premiers engouements pour la plate-forme open source. Pour IDC, cela ne fait aucun doute et voit, d’ici 2013, Android en tête du marché au coude à coude avec Symbian.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur