Les ventes d’iPod sont en perte de vitesse

Cloud

Le baladeur de la marque à la pomme se vend de moins en moins bien. Au premier trimestre, le groupe n’a vendu que 9,4 millions d’exemplaires de son célèbre iPod, contre 14 millions au premier trimestre 2005

La firme de Cupertino a du souci à se faire, car l’iPod est devenu en l’espace de trois ans le véritable symbole de la marque, qui réalise 50% de son chiffre d’affaires grâce à lui. Un ralentissement des ventes trop important pourrait dès lors avoir des conséquences dramatiques pour le groupe.

Le chiffre d’affaires de la firme se divise de la façon suivante : 16% aux ordinateurs de bureau, 14% aux portables, 6% en logiciels et services, 14% autres. Au-delà de cette mauvaise nouvelle, le groupe a publié un joli bénéfice net de 410 millions de dollars au titre du deuxième trimestre. Comparés aux 210 millions de dollars dégagés sur la même période en 2005, on comprend l’étonnement des analystes. Comment expliquer ce ralentissement ? La faute à la concurrence qui propose une kyrielle de baladeurs, mais aussi aux nouvelles plates-formes de téléchargement légal qui à l’instar de celle d’Apple, iTunes, comptent de plus en plus d’aficionados. Le marché n’est plus très loin du seuil de saturation et les mélomanes sont assez largement équipés. Apple détient 70% de parts de marché aux USA. La solution devrait passer par un renouvellement de la gamme… Enfin, comme le souligne La Tribune, les ventes de Macintosh stagnent, alors que Steve Jobs ne cesse de déclarer à la presse que les ventes de l’iPod sont “des moteurs pour la vente d’ordinateurs.” Malgré cette tendance plutôt mauvaise, Apple conserve ses grandes qualités, notamment dans le domaine de l’innovation technologique. Alors gardons-nous de “vendre la peau de l’iPod avant de l’avoir tué”


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur