L’Etat du Wyoming bascule sous Google Apps

Cloud

Environ 10.000 agents gouvernementaux de l’Etat du Wyoming vont désormais travailler et communiquer en ligne sur la plate-forme cloud de Google. Economies et efficacité renforcées à la clé.

Nouvelle victoire pour les offres cloud de Google. La solution de productivité bureautique et de communication unifiée en ligne Google Apps vient d’être totalement adoptée par l’Etat du Wyoming aux Etats-Unis, a annoncé le groupe de Mountain View le 22 juin. Dix mille employés gouvernementaux viennent de basculer sous Google Apps for Government, une déclinaison de l’offre adaptée aux besoins des administration (sécurité renforcée et data centers certifiés FISMA, 25 Go de stockage par boîte, plate-forme YouTube d’hébergement vidéo, etc.).

Le Wyoming s’inscrit donc comme le premier Etats américain à basculer ses employés dans le cloud de Google. « Je suis extrêmement fier de dire que nous sommes les premiers à adopter [Google Apps] et cela maintient une longue tradition d’innovations propre au Wyoming », a déclaré le gouverneur Matt Mead. Lequel a rappelé que son comté avait été le premier d’Amérique du Nord à accepter le vote des femmes, et aussi le premier à être gouverné par une femme, ainsi qu’à disposer du premier parc national, Yellowstone en l’occurrence, et du premier monument national, les Devils Tower. Souhaitons néanmoins que le Wyoming n’a pas choisi la solution de Google juste pour être le premier sur ce coup.

C’est en octobre dernier que Google et l’Etat innovant ont signé le contrat. Il aura donc fallu neuf mois environ pour faire basculer les 10.000 agents gouvernementaux sous Apps. Lesquels vont donc bénéficier d’une plus grande mobilité et améliorer leurs moyens de collaboration grâce au modèle cloud accessible de partout, n’importe quand (tant que le service n’est pas interrompu du moins). Ce qui, selon le gouverneur, se traduira par de meilleurs services aux administrés.

Le Wyoming y voit aussi une source d’économies, tant dans la gestion des serveurs que des coûts de licences et du personnel nécessaire à leur administration. « Nous prévoyons réaliser des économies considérables associés au stockage des e-mails et la sécurité par-dessus tout », avance Matt Mead qui se garde bien de fournir des comparatifs chiffrés. C’est néanmoins une belle opération en terme d’image de marque pour Google à l’avant veille du lancement de l’offre concurrente Office 365 de Microsoft.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur