L’Etat entre en campagne pour la sécurité sur internet

Sécurité

L’Etat ouvre deux sites Internet pour sensibiliser les Internautes à la sécurité. Acteurs du commerce électronique, promoteurs du logiciel libre, éditeurs… Ils sont nombreux à avoir participé au projet

Le 7 février, la direction centrale de la sécurité des systèmes d’information, la DCSII et la direction du développement des médias, la DDM, ont conjointement annoncé la mise en ligne de deux sites internet destinés à sensibiliser les internautes à la sécurité sur internet.

Les besoins semblent en effet grands. D’après la DDE, par exemple, 85% des internautes ne savent pas comment vérifier l’authenticité et la sécurité d’un site.

La création d’un portail destiné à sensibiliser le public sur la sécurité informatique été décidé lors du Comité interministériel pour la société de l’information du 11 juillet 2006. www.securite-informatique.gouv.fr est aujourd’hui en ligne. Ce site, destiné aux particuliers et aux entreprises, entend « augmenter le niveau de connaissance» sur la sécurité informatique, explique Stanislas de Maupeou, responsable du projet à la DCSII.

Pour ce, il propose « dix commandements », sur la sécurité, qui vont de l’utilisation de mots de passe de qualité, à la réalisation de sauvegardes régulières, ou encore de bonnes pratiques de navigation. Une cinquantaine de fiches techniques sur le wifi, ou les espiogiciels, par exemple, proposent une définition simple des sujets abordés. Elles permettent d’accéder à des guides de configuration, qui à l’aide de copie d’écran, accompagnent l’internaute dans le paramétrage des logiciels.

En outre, une vingtaine de momentos traitent de sujets plus larges comme la protection des enfants ou l’archivage électronique. Trois logiciels d’autoformation sont pour l’instant opérationnels. D’autres devraient suivre, tout comme le logiciel de « premier diagnostique », qui permettra à l’internaute de se rendre compte des risques liés à l’utilisation de l’informatique. Disponible « prochainement », il a été développé sous licence GPL.

Dernier point, le site sera actualisé par des informations « chaudes » provenant de la DCSII. Les 19 partenaires de l’opération ont contribué à l’élaboration du contenu. Il s’agit d’organismes publics comme le Forum des droits de l’Internet, ou la Cnil, d’un éditeur avec Microsoft, mais également d’associations comme l’April, en faveur du logiciel libre, ou professionnelles, comme le groupement des cartes bancaires.

Les internautes peuvent poser des questions mais, le site « ne sera pas la hot line de la nation » précise Stanislas de Maupeou.

L’autre site internet, dont l’URL est www.ddm.gouv.fr/surfezintelligent , affiche une interface extrêmement simple. Pour Laurence Franceschini, de la DDE, « les deux site sont complémentaires. « Surfez intelligent » est une campagne de communication ponctuelle, destinée à un très vaste public ». De fait, le site aborde trois thèmes, la gestion des mails, de son poste de travail, et de ses données personnelles sur internet, de manière extrêmement simple.

L’opération de la DDE est menée avec des partenaires publics et privés comme la Fevad, fédération des entreprises de vente à distance, l’ACSEL, l’association pour le commerce en ligne, ou la FBF, la fédération bancaire française. Outre à relayer la campagne sur leurs sites web, via des bannières, ces derniers ont signé une charte qui les engage à promouvoir des bonnes pratiques auprès des internautes, et à rechercher des solutions d’authentification adaptées. Les acteurs du commerce électronique se mobilisent sur ce qui peut constituer un frein à leur activité.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur