LG délocalise en France

Régulations

A l’occasion de la visite du président sud-coréen, Rho-Moo-Hyun, le conglomérat sud-coréen LG a annoncé la création à Villepinte d’un pôle de recherche-développement dans les technologies mobiles 3G qui débarquent tout juste en France

Les stratèges de LG naviguent à contre-courant, et l’investissement dans un pôle de recherche en France constitue une surprise quand la tendance des équipementiers est plutôt aux délocalisations vers l’Asie, où la main d’?uvre est plus économique. La firme prévoit en effet de créer un pôle de R&D à Villepinte (Seine-Saint-Denis) avec à la clé 200 emplois d’ici 2006.

Et pas des moindres, puisqu’il s’agira exclusivement de postes d’ingénieurs hautement qualifiés. Le groupe a planifié l’ouverture de cette unité pour le 1er janvier prochain. Ce futur centre sera doté d’un capital initial de 4 millions d’euros. LG a réalisé en 2004 un chiffre d’affaires de 4,21 milliards d’euros dans les télécommunications sur un total de 24 milliards, et consacre 4,3% de son bénéfice à la recherche et au développement. En Europe l’objectif est de réaliser un chiffre d’affaires de 2,7 milliards de dollars dans la téléphonie mobile. Aujourd’hui, c’est confirmé, la marque renouvelle son désir d’investir sur les compétences françaises en ingénierie téléphonique. En effet, la réputation de nos ingénieurs n’est plus à faire, et leurs compétences sont mondialement reconnues. Notamment celle des ingénieurs de France Télécom R&D (anciennement le Cnet) qui ont développé dans les années 80 le GSM, premier standard européen de téléphonie mobile. De part son origine, LG s’est attaché à la technologie, mais il n’est présent sur le marché du GSM que depuis 2001. Ce retard explique peut être « l’option française », ainsi James Kim, P-DG de LG Electronics déclare au quotidien Les Echos « Nous avons choisi la France pour implanter notre centre de recherche car nous y avons trouvé de très bonnes compétences en matière d’UMTS et de GSM ». LG (ex Lucky-Goldstar), véritable géant coréen s’est rapidement imposé en France. Il faut dire que depuis 1995, ce mastodonte dispose déjà d’une tête de pont en Europe puisque c’est un des leaders du lave-linge, du réfrigérateur, des écrans plats et autres indispensables « produits blancs »? Mais cette technologie n’a rien à voir avec son défi du moment : le mobile 3G. Cinquième fabriquant mondial, le groupe souhaite se hisser dans le Top 3 (voir notre article) et concurrencer directement Nokia , Motorola, Samsung et Siemens. Pour cela LG prévoit de dépasser le fabricant allemand dès 2005 et son concurrent américain l’année suivante. Avec prés de 11,8 millions de téléphones mobiles vendus au troisième trimestre dans le monde. LG affiche une croissance de 55% en unités contre 6 et 15% pour Siemens et Motorola. A noter, à l’occasion de la visite présidentielle, on évoque également un accord de coopération entre l’équipementier français Alcatel et l’opérateur SK Telecom. Une affaire à suivre?


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur