Libelis, spécialiste de l’EIA, devient Xcalia

Régulations

Spécialiste de l’Enterprise Information Access (EIA), Libelis se rebaptise Xcalia. Ses cibles: la relation entre les bases de données et les applications Java… et l’Amérique

Afin d’accompagner son expansion internationale, et en particulier d’attaquer le marché américain, Libelis se devait d’adopter ”

un nom qui représente ce que la société fait et qui soit accepté“, nous a confié son P-dg Pierre Violo. Ce sera Xcalia, pour ‘eXtremly sCALable Information Access‘. Un changement de nom qui marque aussi une évolution majeure de la stratégie de ce spécialiste de la relation entre les bases de données et les applications Java. Le leader du standard JDO souhaite en effet élargir ses bases technologiques. Les entreprises multiplient les applications Java. A chaque nouveau produit ou service bancaire ou d’assurance, par exemple, correspondent une application nouvelle et des accès à des bases de données hétérogènes. L’optimisation de ces accès, c’est la mission de l’EIA, l’Enterprise Information Access, un concept crée par Xcalia. “Notre problématique est de résoudre les besoins des entreprises d’accès à l’information en s’appuyant sur des standard“. L’évolution de ces derniers – JDO soutenu par de nombreux acteurs comme Sun ou HP, et EJB3 soutenu IBM, BEA et Oracle ? vers une plateforme commune d’accès aux données devrait profiter à Xcalia, qui s’investit dans SDO en cours de développement. Avec un avantage par rapport aux solutions d’intégration des applications, par trop horizontales, c’est que l’EIA permet d’adopter une approche plus verticale. “Nous participons à tout ce qui permet à un utilisateur d’avoir un accès rapide et efficace aux applications Java, par essence des applications métiers.” Dans un environnement de données hétérogènes, sur lequel trop souvent les solutions d’intégration ne donnent qu’un accès aux bases de données relationnelles, le moindre ajout d’un composant métier implique trop souvent une reprogrammation de la couche d’accès aux données. L’EIA de Xcalia va plus loin que la facette unique des accès limités aux bases de données relationnelles, et permet sur le frontal d’éditer des connecteurs graphiques entre les écrans htlml et les applications. C’est Navilis, la solution de communication entre l’application utilisateur qui se doit d’être simple, et les applications Java complexes. “En cas de changement, Navilis rend le frontal très indépendant de la couche graphique et permet d’y ajouter des fonctionnalités nouvelles, et tout ça réalisé en mode graphique.” Derrière le frontal, l’accès aux données? quelles soient relationnelles, XML, ou autre – au travers des applications Java est géré par la solution Lido de Xcalia. Lido Studio en particulier assure les liaisons graphique, dessine le mapping des données, puis Lido génère le code de connexion de l’application vers la source. Cependant, le simple appui sur un bouton pour générer un écran graphique côté utilisateur s’accompagne pour les développeurs de contraintes graphiques et esthétiques. Cette problématique sera en partie résolue avec le projet Navilis Personnalisation, qui devrait être annoncé en décembre, et qui finalise les écrans graphiques en assurant l’interaction entre Navilis et un éditeur html, Dreamweaver par exemple. Derrière ces évolutions stratégiques, Xcalia élargit sa gamme de solutions. Lido par exemple se décline en version Lido XD destiné aux développeurs et téléchargeable gratuitement, et Lido Express pour les éditeurs de logiciels, déployable en fonction du nombre d’utilisateurs. En environnement mission critical, Lido Professional pour l’accès aux données complexes sans contraintes de scalabilité, et Lido Enterprise qui prend en compte ces contraintes et gère les caches. L’avenir ? “Nous allons conforter notre position sur le dorsal et compléter nos accès aux gros systèmes, tout en proposant des offres plus proches des problématiques métiers. Et sur le frontal, nous allons élargir et assouplir nos solutions Navilis de personnalisation.Xcalia et le marché de l’EIA

La demande d’outils de relation et d’optimisation de la relation entre les bases de données et les applications Java devient importante et Xcalia bénéficie d’une avance, celle du précurseur et du leader. ”

On adresse un vrai besoin auquel notre solution répond parfaitement” confirme Pierre Violo, P-dg de Xcalia. L’allemand Fiducia a ainsi optimisé les accès aux applications de son réseau de 900 banques affiliées, avec 4,5 millions de transactions par heure. Le Logement Français, filiale d’AXA, a réduit sensiblement les délais de développement d’applications métiers et d’applications d’environnement autour de solutions Unisys. Quant à BNP-Paribas-Cardiff, sur l’expérience du développement de 6 nouvelles applications liées à de nouvelles offres d’assurance, le groupe a mesuré un gain de temps de développement de l’ordre de 30% à 60%, avec un bénéfice immédiat par un déploiement ultra rapide et des gains de performances multipliés par 10, au minimum! Comment peut-on atteindre de tels résultats ? En s’attaquant aux deux goulets d’étranglement dans le circuit de l’information : l’accès aux données d’une part et l’accès de l’utilisateur d’autre part. Le marché ? “Partout où il y a des serveurs applicatifs, et pour toutes les sociétés qui développent des applications Java, donc tous les métiers qui ont besoin de renouveler leur offre.” Sur les neuf premiers mois de l’année, Xcalia a doublé son chiffre d’affaires 2003, à 1,7 millions d’euros. La société compte 50 clients opérationnels, et des partenaires prestigieux, comme IBM, BEA, Capgémini, Quest, Sun, Ilog, Unisys, Sybase ou Computer Associates. Et pour attaquer le marché américain, Xcalia vient de recruter le gourou de l’accès aux données, l’expert JDO, Mattew Adams.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur