LibreOffice bientôt disponible sous Android ?

Le Google Summer of Code 2011 (GSoC 2011) est en cours d’organisation. Il permettra à des étudiants œuvrant dans le secteur de la programmation d’être payés pour travailler cet été sur divers projets open source. La suite bureautique LibreOffice a – fort logiquement – été sélectionnée par le géant de la recherche Internet. Les responsables de la Document Foundation viennent de mettre en ligne des idées de projets pour le GSoC 2011.

Portabilité…

Un d’entre eux a retenu notre attention ; l’adaptation du logiciel à la plate-forme mobile Android. La présence d’une suite bureautique sur un smartphone n’a guère de sens (les visionneuses livrées sur l’Android Market, dont certaines sont gratuites, seront ici largement suffisantes). Android est toutefois également employé sur des tablettes et des ultraportables. L’absence d’une suite bureautique sur de tels produits est bien plus gênante.

L’idée d’une adaption de LibreOffice prend donc ici tout son sens. En fait, sa mise au point ne sera pas très complexe : Android accepte du code natif en C/C++ et LibreOffice dispose d’un frontend spécifique, où l’application gère elle-même l’affichage des composants graphiques.

Les responsables de la Document Foundation suggèrent d’utiliser ce même procédé dans le cadre d’un second projet, qui consistera à déporter l’affichage de LibreOffice sur un navigateur web (l’application s’exécutant alors sur un serveur).

Page suivante : Une visionneuse pour les présentations

… et interopérabilité

Microsoft fournit depuis des années des visionneuses pour les documents bureautiques issus d’Office. Certes, tout un chacun est en mesure de lire les fichiers créés sous LibreOffice, l’application étant gratuite et accessible sur les trois plates-formes de base du marché (Windows, Mac OS X et Linux). Toutefois, installer un logiciel pesant plusieurs centaines de mégaoctets uniquement pour relire un document, c’est assez peu pratique. L’export au format PDF règle le problème, sauf pour les présentations, qui perdent alors une grande partie de leur intérêt.

La Document Foundation conseille donc de créer une visionneuse pour les présentations. Une tâche qui s’annonce d’ores et déjà comme étant très difficile. Autre suggestion, plus facile à mettre en œuvre, l’amélioration du filtre d’export Flash. Ce dernier permet en effet de générer des animations directement lisibles au sein d’un navigateur web à partir d’un fichier LibreOffice. Toutefois, il manque de fidélité en terme de qualité de rendu. Dernière piste, l’export des présentations en SVG, un format qui permettrait lui aussi de conserver les effets de transition et les animations.

Autre projet dans le secteur de l’interopérabilité, la création d’un filtre d’import qui permettait de récupérer les documents Visio sous la forme de fichiers Draw. Une fonctionnalité qui pourrait beaucoup intéresser les utilisateurs professionnels de cette suite bureautique.