L’Ile-de-France rétrogradée à la 3è place des régions européennes des éditeurs logiciels les plus actifs

Cloud

A l’occasion de son 2e classement des régions européennes, le fonds d’investissement Truffle 100 s’inquiète de la stratégie gouvernementale de soutien aux éditeurs de logiciels en France.

Le fonds d’investissement Truffle Capital a revu l’analyse de son classement des logiciels Truffe 100 2010 sous l’angle des 40 régions européennes les plus actives en matière d’édition logiciel. En partenariat avec la Commission européenne (société de l’information et des médias), les analystes IDC et CXP, l’investisseur vient de publier la deuxième édition de son « Truffle 100 European Clusters » établi sur la base des résultats 2009 des entreprises.

Avec 40  % du chiffre d’affaires mondial totalisé par les 100 premiers éditeurs européens, le bassin allemand Rhin-Main-Neckar se hisse à la première place du classement. Les quatre éditeurs (contre cinq en 2008) recensés dans la « Silicon Valley » européenne génèrent à eux seuls 11,7 milliards d’euros de chiffre d’affaires. Une excellence porté par la présence locale des poids lourds SAP et Software AG principalement. « Nous avons véritablement contribué à conforter le pôle de compétitivité logiciel Rhin-Main-Neckar et à en faire un moteur stratégique pour ce secteur », confirme Karl-Heinz Streibich, P-dg de Software AG. Rappelons que la région a reçu un investissement de 80 millions d’euros des pouvoirs publics dans les technologies logicielles émergentes. « La reconnaissance du bassin Rhin-Main-Neckar sur le plan international ne peut être que profitable à nos actions  », se réjouit le dirigeant de Software AG.

Loin derrière, avec 3 milliards d’euros pour une vingtaine d’éditeurs (dont Sage et Autonomy), le sud-est de l’Angleterre (South East England qui inclut Londres) vole la deuxième place à l’Île-de-France qui se place troisième sur le podium avec 2,6 milliards d’euros de revenus générés par 16 entreprises. Nos voisins britanniques reviennent en 4e et 5e place à travers les régions du Nord et de l’Est de l’île (avec respectivement 1,6 et 1,1 milliards d’euros). On retrouve la France en 15e (Rhône-Alpes) et 20e position (Nord-Pas-de-Calais).

Les 5 premières régions du classement sont les seules à afficher plus d’un milliard d’euros des chiffres d’affaires des éditeurs de logiciels. Ce qui souligne « l’ampleur des difficultés auxquelles les Européens sont confrontés lorsqu’il s’agit de développer des pôles technologiques capables de rivaliser sur la scène internationale et d’émuler la Silicon Valley, la région de Boston et autres régions technologiques », commente Bernard-Louis Roques, cofondateur de Truffle Capital. Il s’inquiète notamment du recul de la France dans le classement. « À l’heure où le législateur remet en question les avantages accordés aux jeunes entreprises novatrices [lire notre actualité Les start-up victimes du déficit public] et où les fonds d’investissement axés sur l’innovation subissent de nouvelles contraintes, ce résultat constitue une sonnette d’alarme pour le gouvernement français qui doit l’inciter à changer de cap et à mettre en place une véritable politique industrielle de l’innovation. » A bon entendeur…

Le bassin allemand Rhin-Main-Neckar réalisent 40 % du chiffre d’affaires mondial totalisé par les 100 premiers éditeurs européens
Le bassin allemand Rhin-Main-Neckar réalisent 40 % du chiffre d’affaires mondial totalisé par les 100 premiers éditeurs européens

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur