Linaro va booster Linux sur les processeurs ARM

Logiciels

Le groupement Linaro souhaite réduire le temps de mise sur le marché des terminaux ARM fonctionnant sous Linux. Une initiative signée ARM, Freescale, IBM, Samsung, ST-Ericsson et Texas Instruments.

ARM, Freescale, IBM, Samsung, ST-Ericsson et Texas Instruments viennent de lancer la société à but non lucratif Linaro, dont le but sera de faciliter la mise au point d’offres Linux dédiées aux composants tout-en-un ARM.

Linaro fournira des ressources qui pourront être utilisées par la suite dans le cadre de diverses solutions Linux, comme Android, LiMo, MeeGo, Ubuntu et webOS. Quelles seront ces ressources ? Des outils optimisés, des pilotes et des couches logicielles génériques. Le but est de réduire le temps de mise sur le marché des produits utilisant Linux : smarphones, tablettes, set-top boxes, systèmes de navigation, etc.

Linaro fournira de nouvelles ressources tous les six mois. En novembre 2010, un premier lot de code sera livré, ce dernier comprenant des optimisations pour les composants tout-en-un architecturés autour d’un cœur ARM Cortex-A.

Notez que Canonical prend également une part importante dans le fonctionnement de Linaro. Si la société n’est pas citée dans le communiqué de presse officiel, elle l’est dans les documents décrivant le fonctionnement de la compagnie.

Il était grand temps que le monde ARM s’organise, car Intel devient de plus en plus actif dans le secteur de l’électronique embarquée, le bastion historique d’ARM. La compagnie anglaise rappelle toutefois qu’Intel a diffusé 3,3 milliards de processeurs depuis ses débuts, contre plus de 15 milliards pour ARM, qui est pourtant une société bien plus jeune.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur