L'Inde : désormais premier marché de Vodafone

Cloud

Pays émergents = eldorado pour le géant britannique

Profitant d’une conférence de presse londonienne, l’opérateur a dressé le bilan de son activité et comme le rapporte dans son édition du jour le journal économique Les Échos, le cœur de l’activité de l’opérateur s’est déplacé vers les pays de l’Est.

Mais l’Europe de l’Est n’est pas l’unique cible de Vodafone, qui est également très intéressé par le marché à fort potentiel de l’Inde.

Début 2007, il a d’ailleurs racheté pour 7,5 milliards d’euros le géant indien de la téléphonie : Hutchinson Essar. Lire à ce sujet notre article sur les ambitions indiennes de Vodafone.

D’après les études de marché menée par l’opérateur, le marché indien est très prometteur, selon ses estimations le chiffre d’affaires du marché des télécoms (fixe et mobile) de l’Inde va passer de 22,3 milliards en 2006 à 54,1 milliards de dollars d’ici 2011.

En matière de téléphonie, le marché européen commence à atteindre la saturation, et c’est bien là, la principale raison pour laquelle le Britannique lorgne sur les marchés des pays émergents. Aujourd’hui, le quart du chiffre d’affaires de Vodafone est réalisé dans ces pays.

Interrogé parLes Échos, le p-dg de Vodafone Arun Sarin a indiqué :« les pays émergents représenteront le tiers de l’excédent brut d’exploitation (Ebitda) du groupe d’ici à 2012. »

En terme de parts de marché, l’Inde occupe désormais la première place avec 37 millions de clients, juste devant l’Allemagne et ses 33 millions de clients. Et ce chiffre indien ne va pas s’arrêter en si bon chemin puisque le mobile n’est pas encore réellement démocratisé dans le pays.

Ainsi l’on estime que près de 7 millions d’Indiens adoptent le mobile tous les mois. Aujourd’hui l’Inde compte 213 millions d’utilisateurs de terminaux mobiles, et d’ici 2010 ils devraient être 500 millions pour une population de plus d’un 1 milliard d’habitants.

Enfin, pour conclure sur l’actualité de Vodafone, l’opérateur vient de remporter la deuxième licence de téléphonie mobile du Qatar devant AT&T et Verizon. Le montant de cette acquisition n’a pas été communiqué, mais il s’agit d’une victoire importante pour le britannique qui compte s’imposer dans cette région.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur