LinkedIn échoue à faire restreindre la collecte de données en ligne

Nouveau revers pour LinkedIn sur la question du scraping.

Le réseau social BtoB dénonce cette pratique qui consiste en la collecte massive et automatisée de données sur le Web.
Sur le sujet, il a notamment maille à partir avec hiQ Labs.

Cette entreprise fondée en 2012 récupère des informations sur les profils publics, les met en forme et les commercialise, sous l’angle de l’analyse prédictive. Sa cible : les employeurs soucieux de détecter les talents qui envisagent de mettre les voiles.

En 2017, LinkedIn avait demandé à hiQ de cesser la pratique, au nom du Computer Fraud and Abuse Act. Le texte, en vigueur depuis 1986, punit le fait d’accéder à un ordinateur sans permission ou d’utiliser à outrance un accès autorisé.

Face à cette injonction, hiQ avait saisi la justice en Californie pour tenter de prouver que son activité était légale. Et l’avait emporté.

Monopole de l’information ?

En mars 2018, LinkedIn s’était pourvu auprès de la cour d’appel des États-Unis pour le neuvième circuit.

Celle-ci le déboute dans un jugement du 9 septembre 2019 (document PDF, 38 pages).
Elle estime, entre autres que :

  • Le réseau social n’a pas de droits sur les données que publient ses membres, ces derniers étant propriétaires de leurs profils.
  • Les utilisateurs qui choisissent un profil public attendent « évidemment » qu’il soit accessible par des tiers.
  • Le Computer Fraud and Abuse Act est censé régir les cas de piratage ; il est d’autant plus discutable de l’invoquer dans une affaire concernant des données en accès libre.
  • Laisser à LinkedIn le contrôle sur l’utilisation des données publiques pourrait engendrer un « monopole de l’information » préjudiciable à l’intérêt public.
  • Sans accès aux données concernées, hiQ ferait face à des « dommages irréparables »

LinkedIn affirme examiner tous les recours possibles. En l’état, l’affaire est renvoyée à la juridiction de première instance.

La décision de la Cour d’appel va à l’encontre de celle qu’elle avait rendue en 2016 dans le dossier Facebook vs Power Ventures.
Elle avait en l’occurrence retenu le grief de violation du Computer Fraud and Abuse Act par Power Ventures, à l’origine d’un agrégateur de réseaux sociaux.

Photo d’illustration © 360b – Shutterstock.com

Recent Posts

Numérisation de l’État : sprint engagé jusqu’à la présidentielle 2022

De FranceConnect au programme DcANT, tour d'horizon des chantiers prioritaires engagés par le Gouvernement d'ici…

2 jours ago

AIOps : quelles opérations IT sont optimisées ?

L'adoption de l'intelligence artificielle pour les opérations informatiques (AIOps) progresse au sein de grands groupes.…

2 jours ago

PC : vers une croissance sans précédent en Europe

Dans la zone EMEA, la demande soutenue de PC pour le travail et l'enseignement à…

2 jours ago

SolarWinds : de nouvelles armes du crime mises au jour

FireEye et Microsoft font la lumière sur divers malwares qui ont - ou semblent avoir…

2 jours ago

GAIA-X : comment se pilote l’infrastructure de données européenne

Avec la nomination d'un CEO et d'un CTO, GAIA-X lance ses opérations. Tour d'horizon de…

2 jours ago

Emploi : quelle place pour les femmes dans le numérique ?

Valoriser la reconversion des femmes dans les métiers du numérique n'est pas un luxe, mais…

2 jours ago