Linux : cloud et services web au menu de la Fedora 16

CloudOSRéseaux

La nouvelle version de la Fedora est disponible. Elle met l’accent sur le cloud computing, le monde des applications web et les outils dédiés aux développeurs.

La distribution Linux communautaire Fedora 16 « Verne » vient d’être mise en ligne sur les serveurs du projet, et ce, en moutures x86 32 bits et 64 bits. L’OS est par défaut livré avec l’environnement de bureau GNOME 3.2. Sachez toutefois que des versions KDE 4.7, LXDE et XFCE sont également accessibles.

Une infrastructure cloud très solide

Le soutien de Red Hat à ce projet se ressent plus que jamais. Le système met ainsi l’accent sur les technologies cloud, que nous retrouverons sans aucun doute dans de futures versions de la RHEL.

Au menu, Aeolus Conductor, qui permet de créer et de gérer des instances cloud sur de multiples plates-formes de services; la pile cloud OpenStack, qui gagne rapidement en popularité; Condor Cloud, une solution d’IaaS (Infrastructure as a Service); HekaFS, un système de fichiers distribué multitenant dérivé de GlusterFS; et pacemaker-cloud, un module qui apporte des fonctions de haute disponibilité aux infrastructures cloud.

Les services web à portée de main

L’accès au web a été soigné. Firefox 7 et Thunderbird 7 sont ainsi livrés en standard avec l’OS. GNOME 3.2 permet pour sa part de transformer une application web en application desktop classique. Pratique. Enfin, un module offre de gérer de façon centralisée l’ensemble des comptes en ligne d’un utilisateur : Google, Facebook…

Une infrastructure solide

La Fedora 16 s’appuie sur un noyau Linux 3.1 et le gestionnaire de démarrage Grub2. Notez que le noyau prend en charge les hyperviseurs KVM et Xen. De plus, SELinux a été amélioré sur plusieurs points. Enfin, les développeurs noteront la présence de Perl 5.14, du Glasgow Haskell Compiler 7.0.4, de D2 et d’une nouvelle suite de développement ADA.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur