Linux conquérant, SCO à l’isolement

Régulations

Le feuilleton de l’été : Linux étend son empire entre certification et accords de distribution; SCO se veut menaçant, mais la contre-attaque s’organise, avec Red Hat et IBM qui poursuivent SCO en justice?

Dernier épisode du feuilleton Linux : IBM intente une action en justice contre SCO. Pour avoir nui aux ventes d’AIX et pour le viol par SCO de quatre brevets lui appartenant.

Le feuilleton Linux s’accélère

SCO a ouvert les hostilités voici quelques mois en attaquant IBM pour violation de ses droits sur Unix dans certains développements sur Linux. Depuis lors, SCO a commencé à menacer les utilisateurs et développeurs Linux, allant jusqu’à tenter d’imposer une licence SCO sur les OS Linux.

SCO a sans doute souhaité mettre un frein à l’expansion de Linux. Une expansion phénoménale sur les serveurs, en partie au détriment d’Unix. Alors que l’affrontement attendu devait opposer Unix, dont une partie des droits sont détenus par SCO, à Microsoft avec Windows Server, la guerre a finalement pris un tournant, pas si inattendu que cela: c’est finalement Microsoft et SCO qui affrontent un ennemi commun, Linux.

De son côté, la communauté Linux a réagi avec indifférence. 70% des développeurs ignorent les menaces, à peine 15% freinent en attendant la tournure que prendra le procès intenté par SCO. La procédure de ce dernier ne devrait pas ralentir le déploiement de Linux.

L’union autour de Linux

En revanche, les grands acteurs des systèmes d’exploitation réagissent. Certains semblent jeter de l’huile sur le feu, comme Microsoft qui confirme l’achat d’une licence UNIX SCO – rien de surprenant, Microsoft est actionnaire de SCO – ou comme Sun Microsystems, qui rappelle qu’il possède une licence Unix acquise auprès de SCO, ce qui le couvrirait de tous risques.

Sun qui signe un accord avec SuSE, parallèlement au précédent accord signé avec Red Hat. D’ailleurs, sur le plan des distributions, les stratégies s’affinent. Jusqu’à IBM et SuSE qui obtiennent une certification du gouvernement américain sur la base d’un programme du Pentagon.

Côté éditeurs, Oracle porte ses applications sous Linux. En mode 32 bits, un peu faible sans doute, mais c’est déjà un début. Son concurrent et leader, SAP, a, lui aussi, adopté depuis quelque temps le système libre, tout comme IBM.

Renversement de situation au profit du client : HP, IBM, SAP, Sun, etc., proposent maintenance et support sur Linux. Et même Microsoft qui confirme le danger, qui s’équipe d’un serveur Intel sous Linux, Apache et MySQL, comme pour tester la menace.

Et même jusqu’à la marine américaine, qui équipe ses sous-marins de serveurs Apple Xserve fonctionnant sous? Linux Yellow Dog.

Face à la vague Linux, que reste-t-il à SCO ?

SCO doit tout d’abord démontrer la consistance de ses accusations! Une démarche qui tarde, car il semblerait que la procédure intentée par SCO contre IBM ne reposerait que sur quelques lignes de codes…

Hormis l’annonce du recrutement de ‘cadors’ du barrot US, rien n’est en vue côté procédures. SCO tisse sa toile – pressions sur les distributeurs, intégrateurs, développeurs, licences, etc. ? mais dans le vide? SCO menace mais se montre peu, et surtout pas au prochain Forum Linux !

Quant au retour de bâton espéré par la communauté, il pourrait venir de Red Hat et d’IBM, tous deux ayant porté plainte contre SCO.

Encore un feuilleton de l’été à suivre…


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur