Linux et Open-source: communautaire, professionnel

Régulations

L’Open-source a pris une place incontournable dans nos environnements informatiques, avec un chef de file qui retient toutes les attentions, Linux. Un phénomène qui intrigue

Y a-t-il un malentendu sur Linux ? Les constructeurs poussent l’environnement libre, les éditeurs suivent et les clients l’adoptent? Mais est-ce bien ce que le marché souhaite ? Car il plane autour de Linux un vent de mode alimenté par une communauté active, qui fait sa force, mais aussi une cabale anti Microsoft qui en est en partie le ciment. On pourrait croire, au premier abord, que le marché veut Linux. Linux: la ville de Munich va confirmer son choix, Le ministère de la Défense choisit Linux et l’open-source, Le ministère de l’Equipement migre sur Linux. Généralement, cette volonté affichée de migrer est motivée par des objectifs économiques, Linux, 30% moins cher que Windows ?, La Bourse de Chicago migre sur Linux, ou politiques, L’Iran préfère Linux. L’exemple de la Chine est cependant significatif: La Chine rejoint l’OSDL Linux,La Chine crée des parcs technologiques ‘Linux’? de l’ambiguïté du projet Linux en Chine: vrais et faux paradoxes s’affrontent…. Mais adopter Linux massivement n’est pas si simple, Paris se passera de Microsoft, mais progressivement, et pourrait même présenter des risques inattendus, La menace des brevets pèse sur Linux, ou SCO s’attaque aux clients Linux. Certes, Linux et l’open-source bénéficient d’une communauté active et volontaire, Salon Linux: une jeune vague sans complexe. Mais on peut se demander qui sera le gagnant sur ce marché ? Les éditeurs ? Novell se recentre sur Linux. Pas si facile que cela, La difficile migration de Novell vers l’open-source, d’autant plus que le libre n’adresse pas exactement tous les marchés, Le logiciel libre a-t-il un intérêt pour les PME?. Tandis que d’autres pourraient s’y ruer en masse, La téléphonie sur IP en Open source va exploser, ainsi que Linux à la conquête des smartphones. En fait, les vrais gagnants seront sans doute les constructeurs? ou tout du moins ceux qui sauront investir sur le service, comme IBM, La nouvelle stratégie ‘mainframe’ d’IBM: Linux et CIM. En tous cas, la contribution d’IBM est certaine, IBM remet un demi-million de lignes de code au monde Linux. Certains suivent le mouvement, Dell installera Linux SuSE sur ses serveurs PowerEdge. D’autres cherchent leur voie, Solaris 10, l’alternative Linux signée Sun, ou Solaris s’annonce en version Open Source. En tout cas, Linux n’en doutons pas fera sa place, mais probablement pas contre Microsoft. Linux ne renversera pas Windows. Pourquoi ? Chez Microsoft, Steve Ballmer se bat comme un diable, Attaque en règle de Microsoft contre Linux, mais Bill Gates reste serein, Bill Gates face à Linux: même pas peur !. Et la résistance s’organise, même sur le prix, Un XP ‘lite’ signé Microsoft pour l’Asie. Et surtout, n’oublions pas que Microsoft peut compter lui aussi sur une communauté fidèle, qui ne manque pas parfois d’affirmer ses convictions, Linux ? ‘Non ! Je reste fidèle à Microsoft’?. Quant à l’argument de la sécurité, il reste lui aussi plus qu’ambiguë, Linux vs Windows: vive polémique autour des failles, mais si l’un, Windows, peut générer de nombreuses victimes, l’autre présente de réels dangers, SuSE révèle une faille sérieuse sur le kernel Linux 2.6. En tout cas, les spécialistes de la sécurités intègrent désormais Linux dans leur stratégie, Les routeurs d’entrée de gamme Cisco supportent Linux. Tous comme pour les médias, RealPlayer sur Linux. Alors ? Linux, l’OS qui monte ? Oui, Bilan 2003 : OS, Linux qui monte, qui monte?, 29% des serveurs sous Linux et 37% sous Windows en 2008. Mais par contre, si l’Open-source séduit, Du hardware sous modèle Open Source ?, il lui faut se professionnaliser, L’open source professionnel prend ses marques. Mais on peut compter sur ses leaders pour montrer l’exemple, JBoss 4.0, version stratégique pour le monde de l’open source.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur