Linux : la RHEL 6.2 met l’accent sur les performances et la haute disponibilité

Logiciels

Red Hat fournit aujourd’hui une préversion de sa future RHEL 6.2, une distribution Linux qui fera un bond en terme de puissance de traitement et de support des environnements critiques.

Le pure player du monde open source Red Hat vient de livrer une version de test de sa future distribution Linux RHEL 6.2 (Red Hat Enterprise Linux 6.2). En plus du support du matériel le plus récent, cette mise à jour est intéressante sur le terrain des performances et de la montée en charge.

Des performances en net progrès

Les ingénieurs de la firme ont largement retravaillé le noyau Linux fourni avec leur système d’exploitation. Ce dernier propose de multiples optimisations qui lui permettront de mieux gérer les processus, les entrées/sorties, le réseau et la virtualisation. Dans le secteur du réseau, le débit de transmission des paquets pourra ainsi être augmenté de 30 %. Le support des systèmes de fichiers ext4 et XFS a également été amélioré. Enfin, l’OS s’intégrera mieux à une infrastructure InfiniBand.

La haute disponibilité sous la loupe des développeurs

Le support complet du protocole UDP unicast permettra de mieux adapter cette offre aux déploiements sur des clusters. De plus, le paquetage High Availability propose maintenant le support des hôtes RHEL 6 en environnement VMware, ainsi que la gestion du système de fichiers partagé GFS2. Une première étape avant une adoption massive de GlusterFS (une technologie récemment rachetée par la firme) ?


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur