Linux : le co-fondateur de SUSE et champion du ‘kernel’ revient chez Novell

Régulations

Hubert Mantel est revenu sur sa décision et se refait une place chez Novell

Ce n’est plus la compagnie que j’ai fondée il y a treize ans“, avait affirmé Hubert Mantel en novembre 2005.

Il accompagnait de cette phase assassine son départ de Novell, près de deux ans après l’acquisition de l’allemand SuSE par le géant déchu des réseaux. Il suivait en cela Richard Seibt, le président de SuSE qui avait quitté le navire en mai 2005.

Rappelons que SuSE (Software und System-Entwicklung – ‘Développement de logiciels et de systèmes‘) a été fondée le 2 septembre 1992 à Nuremberg en Allemagne, par quatre jeunes tous âgés de 20 ans : Roland Dyroff, Thomas Fehr, Burchard Steinbild et Hubert Mantel, universitaires étudiant les mathématiques, hormis Fehr qui était déjà ingénieur.

Officieusement, la pomme de discorde entre Novell et Hubert Mantel se serait appelée Gnome. Le patron respecté du noyau (kernel) SuSE Linux n’aurait pas accepté que Novell lui impose le support exclusif et officiel du bureau Gnome. Quand Novell est revenu sur sa décision, Mantel avait déjà quitté le groupe !

Depuis, Hubert Mantel semble avoir pris ses distances et repris goût au pingouin. Il a ainsi déclaré à la revue italienne Data Manager Online : ” Fondamentalement j’étais juste à plat. Après tant d’années uniquement consacrées au travail et quelques expériences désagréables avec nos investisseurs, il n’en fallait pas beaucoup pour que je jette l’éponge. J’ai simplement eu besoin de prendre du repos.

Hubert Mantel a retrouvé début décembre sa place au sein de l’entité SUSE Linux de Novell, au poste de patron de l’équipe du kernel Linux.

J’ai eu plus d’un an de temps de penser à mon futur et j’en suis arrivé à la conclusion que la chose qui m’intéresse le plus reste Linux. J’ai aussi beaucoup d’amis chez SUSE et j’aime vraiment travailler avec et pour Linux.

Un point de vue positif sur l’accord Novell-MicrosoftCommentant le récent accord entre Novell et Microsoft, Hubert Mantel a déclaré : “Je pense que c’est une bonne chose spécialement pour les utilisateurs.“”Si vous regardez en arrière, Linux n’était pas pris au sérieux. Aujourd’hui Microsoft a reconnu qu’il existe et qu’il ne va pas nous quitter.

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur