L'iPad entre en politique

Régulations

Bruxelles va équiper ses 736 euros députés de l’iPad. Pour faciliter la mobilité connectée. Une dépense luxueuse en ces temps de crise pour certains.

Attendu le 28 mai en Europe, l’iPad a déjà séduit la vie politique. Notre confrère (et voisin de bureau) ChannelInsider.fr nous apprend que les 736 eurodéputés vont bientôt bénéficier d’un iPad dans le cadre de leurs fonctions parlementaires. Une information initialement révélée par le Times.

On ignore précisément ce que feront les membres du Parlement de Bruxelles avec la tablette d’Apple. Mais, aux dires de certains, celle-ci remplacerait avantageusement, par sa légèreté et son ergonomie, les PC portables HP pourtant distribués il y a quelques mois à peine.

L’iPad s’inscrit dans le projet de mobilité des bureaux administratifs de l’Agence européenne qui prévoit que les parlementaires soient « beaucoup plus connectés ». Pas sûr pour autant qu’ils disposent des mêmes services qu’avec un système sous un OS traditionnel (Windows ou Mac OS X), à commencer par l’absence des outils bureautiques, Microsoft ne prévoyant pas de développer une version d’Office pour l’iPad.

Autre point polémique, la dépense induite. En ces temps de crises budgétaires, de déficits publics records et de plans d’austérités jamais vus, la question n’est pas vaine. En tout cas pour la députée britannique Marta Andreasen qui qualifie l’initiative de « tout à fait inutile, surtout lorsque les contribuables européens sont confrontés à des temps aussi durs ». Et d’enfoncer le clou en ajoutant que, de par leur âge avancé, certains députés « ne sauront même pas comment utiliser Internet correctement et risquent de remiser [l’iPad] ». Des noms, des noms…

Mise à jour : L’information a été démentie. Voir notre article L’iPad n’entre pas encore en politique


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur