L’iPhone 4S : l’ogre de la donnée mobile

CloudMobilitéSmartphones

Les utilisateurs d’iPhone 4S consomment deux fois plus de données que l’iPhone 4. Et trois fois plus que le 3G. Une tendance qui pèse toujours plus sur le modèles des opérateurs mobiles.

Chaque nouvelle génération d’iPhone entraîne une augmentation substantielle de la consommation de données. C’est la conclusion qui ressort d’une étude d’Arieso, fournisseur britannique de solutions d’optimisation pour les réseaux mobiles et directement intéressé par la tendance de la consommation des contenus sur mobiles.

Selon Arieso, les utilisateurs de l’iPhone 4S consomment deux fois plus de données que ceux qui se contentent de l’iPhone 4. Un ratio multiplié par trois entre l’iPhone 4S et l’iPhone 3G. Et l’iPhone 4 consomme 1,6 fois plus de données que le 3G. Sur le front des tablettes, l’iPad suivrait la même tendance, selon Les Echos, rapporte notre confrère ITespresso.fr. Le trafic de données est nettement plus élevé qu’avec un iPhone 3G à raison d’un taux multiplié par 2,5.

Siri l’irresponsable

Apparu avec l’iPhone 4S et iOS 5, le service d’assistance vocale Siri explique en partie cette hausse de la consommation. À chaque requête, le service se connecte à des serveurs distants pour puiser la réponse aux questions de l’utilisateur sans que celui-ci ait concrètement conscience de consommer des données comme il le fait avec de la musique ou des vidéos en ligne. D’autant que l’émergence des forfaits data « illimités » tend à faire oublier au consommateur l’appétit des appareils mobiles en matière de services de types « cloud » et, donc, qui nécessitent nombre d’échange de données et provoque une surconsommation que les opérateurs peine à réguler.

Et la tendance risque de s’aggraver, les services en ligne étant appelés à s’étoffer face à une demande de mobilité en hausse. Si cette surconsommation fait la joie des équipementiers (toujours prêts à fournir des solutions pour étoffer l’infrastructure mobile), elle complique le modèle économique des opérateurs qui doivent compenser la baisse de revenus des communications par un modèle tirant parti des services mobiles. Tout en réduisant la congestion de leurs réseaux. Le déploiement de la 4G/LTE devrait les y aider. D’autres solutions comme les femtocell, des antennes GSM/3G résidentielles connectées à la box de l’opérateur, aussi.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur