Livre : Le web sémantique

Cloud

Comment lier les données et les schémas sur le web ? Réponse dans ce livre.

« Le web sémantique désigne un ensemble de technologies visant à rendre les ressources du web plus largement utilisables ou plus pertinentes grâce à un système de métadonnées qui utilisent notamment la famille des langages développés par le W3C (World Wide Web Consortium). »

Le cadre de l’ouvrage est fixé. Les auteurs nous invitent à un voyage vers le futur du web, parfois appelé Web 3.0, qui sera sémantique ou ne sera pas ! En réalité, le web sémantique ou web des données s’inscrit dans la continuité. Le web a d’abord été documentaire, il est aujourd’hui social, et il sera demain web des données et des services. Mais pour cela, il faut structurer la donnée, et c’est la mission du web sémantique.

Un livre d’experts pour comprendre

Écrit par d’érudits chercheurs, ce livre n’est pas des plus accessibles aux néophytes, même si les auteurs ont fait de gros efforts de vulgarisation. Pour démonstration de cette volonté d’être accessibles, un premier chapitre est consacré à l’histoire du web. Un retour aux sources de l’Internet et de son infrastructure bienvenu, qui replace le contexte de l’Internet et introduit, pour le lecteur qui n’est pas familier à cette vision en profondeur, les concepts et les langages qui seront nécessaires pour évoluer dans le reste de l’ouvrage.

livre web semantiqueSi cette entrée en la matière pose d’amblé le cadre de ce qui suivra, le premier chapitre peut même être consulté indépendamment des suivants… dont la lecture fera en revanche appel à plus de connaissances et d’attention de la part du lecteur, que les pavés de lignes de codes ne devront pas rebuter.

Pourtant, le résumé en fin de chaque chapitre replace clairement ce qui précède et démontre que les auteurs auraient parfois certainement pu se faire plus didactiques. C’est probablement que l’accès au web sémantique se mérite…

Le second chapitre est consacré au web des données. Il évoque le web structuré (XML et ses déclinaisons), la brique des standards RDF pour l’interconnexion des métadonnées, l’interrogation des métadonnées SPARQL, le lien avec les bases de données, les données ouvertes et les données liées.

Le troisième chapitre est consacré à la sémantique des vocabulaires et inférences. Sont évoqués la typologie des vocabulaires, ontologies informatiques, thésaurus, les schémas légers (RDFS, classes, hiérarchies, propriétés), les schémas lourds (OWL), le thésaurus (SKOS) et les points méthodologiques. Les règles d’inférence font l’objet du quatrième volet de l’ouvrage. Sont évoquées les règles RIF, RIF-BLD, RIF-PRD et RIF-CORE.

La dernière partie de l’ouvrage est consacrée aux ressources, outils et standards, c’est à dire majoritairement aux vocabulaires et aux sources de données, ainsi qu’aux outils, trop rapidement décrits à notre goût. Un court chapitre consacré aux idées reçues sur le web sémantique est le bienvenu. En revanche, deux pages consacrées aux perspectives, web des objets, web ubiquitaire, web des personnes, etc., cela nous laisse véritablement sur notre faim !

Il manque quelque chose…

Un grand regret, pour terminer. Si de nombreux liens sont proposés dans l’ouvrage, principalement sur la dernière partie consacrée aux ressources et aux outils, on regrettera l’absence d’un glossaire.

En effet la lecture de ce livre introduit de très nombreux concepts et un langage peu accessible au non initié, qui aurait apprécié de pouvoir se référer à une bible de définitions, même réduite. Il pourra cependant faire appel à l’index, très complet, ce qui est à la mesure de l’étendue du sujet, mais qui impose une relecture dans le texte.

L’ouvrage devrait satisfaire les nombreuses personnes qui s’intéressent au web sémantique. Les initiés y trouveront matière à prolonger leur expérience et une multitude d’exemples de langages. Les non initiés y trouveront également un intérêt, mais ils se concentreront sur certains chapitres, et grappilleront dans les autres les informations qu’ils recherchent.

Une lecture à conseiller.

Les auteurs

Fabien Gandon – Chercheur à l’INRIA, il a travaillé un temps à l’université Carnegie-Mellon. Il est membre de plusieurs groupes de travail du Consortium World Wide Web (W3C) sur le web sémantique.

Catherine Faron-Zucker – Maître de conférences à l’Université Nice Sophia Antipolis, enseignante dans l’école d’ingénieurs Polytech’Nice Sophia et chercheur au laboratoire I3S.

Olivier Corby – Chercheur à l’INRIA Sophia Antipolis


Le web sémantique

Par Fabien Gandon, Catherine Faron-Zucker et Olivier Corby
Edité par Dunod, collection Infopro, Management des Systèmes d’Information
210 pages, 33 euros


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur