Logiciels et services : le Syntec table sur une croissance zéro

Logiciels

Les recrutements devraient être impactés

Le marasme du secteur français des logiciels et des services se confirme pour 2009. Selon le Syntec informatique, la croissance de ce marché devrait être nulle cette année (contre une prévision de +2% à +4% pour le premier semestre en novembre dernier), et les marges seront orientées à la baisse.

“Le premier trimestre sera probablement le plus acceptable parce qu’il est lié à tous les contrats engrangés l’année dernière, mais il est très difficile de prévoir de manière fine une saisonnalité avec les incertitudes qu’il y a aujourd’hui”, a expliqué lors d’une conférence de presse Jean Mounet, président de la chambre professionnelle.

La France pourrait néanmoins mieux s’en tirer que d’autres pays européens puisque le Syntec prévoit une récession de 2% au Royaume-Uni et de 5% en Espagne.

Les prévisions du Syntec rejoignent celles du cabinet Pierre Audoin Consultants qui table sur une croissance globale de 0 à 1%. “Retard dans les prises de décision d’investissement, annulation des projets, réduction des coûts… l’activité commerciale des fournisseurs informatiques est de plus en plus délicate depuis la fin de l’année 2008”, souligne l’institut qui ne prévoit toutefois“pas de chute brutale de la dépense informatique des entreprises”, explique le cabinet.

Outre une croissance à zéro, le Syntec estime que la pression sur les prix pèsera fortement sur les marges qui pourraient reculer de 2%. “De grands groupes, parfois avec des parties de capital public, font pression sur des PME innovantes de 100 personnes en leur disant : ‘Si vous ne baissez pas de 20% l’année prochaine, vous ne travaillez plus avec nous'”, a regretté Jean Mounet.

Précisément, les activités les plus touchées devraient être le conseil, la recherche et développement externalisée et l’assistance technique, avec des baisses respectives de 5%, 4% et 3%, tandis que l’infogérance (+5 à 6%) et les logiciels embarqués devraient se montrer les plus résistants avec une croissance de 5%.

“L’infogérance d’infrastructure, et dans une moindre mesure applicative, profiteront en premier lieu du contexte économique favorable à l’externalisation, et devraient croître d’environ 5% en 2009”, souligne le Syntec.

Bonne nouvelle néanmoins, le secteur du SaaS (software as a service) devrait continuer à tirer son épingle du jeu avec une croissance de 40 à 50%. reste que ce marché reste encore très marginal : 5% du secteur.

Côté recrutements, 2009 ne s’annonce pas comme un grand cru pour les informaticiens, notamment les plus jeunes, avec une chute de 30 à 50% du taux de turnover.

“Le secteur des Logiciels & Services devrait conserver un effectif proche de 370.000 collaborateurs en 2009. Après un recrutement encore très dynamique en 2008, les Editeurs et les sociétés de Services Informatiques et de Conseil en Technologies se montreront prudentes dans leurs recrutements, en raison d’une activité moins porteuse, d’une visibilité moindre et d’un turn-over en baisse. Les entreprises se mobilisent pour préserver leurs effectifs, mais le secteur ne devrait pas être en mesure de créer des emplois nets en 2009”, souligne la chambre syndicale.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur