Pour gérer vos consentements :
Categories: Logiciels

Logiciels libres : les besoins et usages des associations sous la loupe de l’April

Fin 2008, l’April (association nationale de promotion et de défense du logiciel libre) et la CPCA (conférence permanente des coordinations associatives) ont soumis le questionnaire « Associations, informatique et logiciels libres » à de nombreuses associations.

Aujourd’hui, le résultat de ces travaux est rendu public et se trouve résumé dans ce rapport. « Cette synthèse permet de préciser les orientations du groupe de travail« Libre Association »de l’Aprilet de mieux cerner les profils des structures associatives et leurs besoins. En effet, grâce à cette étude, le groupe de travail va commencer la deuxième phase du projet qui consistera, entre autre, à mieux répondre aux associations en les guidant vers des logiciels libres adaptés », déclare Laurent Costy, conseil bénévole sur les questions associatives pour l’April.

Le système informatique des associations est en grande majorité géré par des bénévoles qui disposent d’un faible niveau de connaissances dans ce domaine. 87 % de ces organismes disposent d’un site web, lui aussi géré en général par des bénévoles. Le courrier électronique reste le moyen de communication privilégié des associations ( comme des entreprises ).

Les deux logiciels libres les plus utilisés sont le navigateur web Firefox et la suite bureautique OpenOffice.org. Ce fait est d’autant plus important que les associations admettent que leur politique en terme d’informatique à une certaine influence sur les choix de leurs membres.

Sans grande surprise, les arguments cités en faveur des logiciels libres sont la réduction des coûts, le partage de la connaissance et la copie des logiciels en toute légalité. Les associations regrettent toutefois massivement le manque de temps et de moyens pour former les utilisateurs, ce qui demeure le principal frein à l’expansion des logiciels libres.

Le manque d’outils open source dans le domaine de la gestion (comptabilité, paye, gestion financière…) se fait également sentir. Les associations se disent toutefois prêtes à communiquer sur leurs besoins en la matière, voire à participer à des phases de tests de logiciels libres qui répondraient à ces besoins.

Recent Posts

Typosquatting de dépendances : gare à cette pratique résiduelle

Des chercheurs attirent l'attention sur une campagne de diffusion de code malveillant par l'intermédiaire de…

17 minutes ago

Quels standards pour la cryptographie post-quantique ?

À l'issue d'une procédure de six ans, le NIST a sélectionné quatre algorithmes à standardiser…

2 heures ago

DMA, DSA : une régulation à la hauteur des « Big Tech » ?

Le Parlement européen a définitivement adopté le DMA et le DSA ce 5 juillet. Des…

7 heures ago

DevSecOps : Snyk plie mais ne rompt pas

Snyk rejoint la liste de licornes de la cybersécurité qui réduisent leurs effectifs pour affronter…

23 heures ago

Scribe : les enseignements à tirer de l’échec de ce projet d’État

Un seul logiciel pour la rédaction des procédures entre police et gendarmerie. C'était l'objectif du…

24 heures ago

HackerOne : quand un initié détourne le bug bounty

Un employé de HackerOne aurait exploité à des fins personnelles des rapports de sécurité soumis…

1 jour ago