L’outsourcing majoritairement sur l’infrastructure

Cloud

Compass Management Consulting fait le constat que la plupart des
renouvellements de contrats d’outsourcing concerne l’infrastructure

Compass Management Consulting, spécialiste de l’analyse comparative et très présent sur le marché de l’outsourcing, a fait le constat sur 2004 et 2005 des tendances sur ce marché : augmentation en nombre et volume des contrats d’outsourcing appliqués à l’infrastructure en France et sur la zone EMEA ; faible proportion de solutions offshore retenues par les entreprises françaises.

Les entreprises sont de plus en plus enclines à confier leur infrastructure (seule ou avec un ensemble de prestations contractuelles complémentaires) à des sociétés externes et ceci se vérifie auprès de Compass MC, tant en France que sur la zone EMEA.

Ainsi, entre 2004 et 2005, la compagnie a observé une augmentation du nombre de signatures de contrats d’outsourcing sur la zone EMEA. Elle estime ce marché EMEA, au vu des informations recueillies via ses études, à plus de 1800 contrats d’externalisations signés sur cette période.

Les périmètres outsourcés dont la progression est la plus significative concernent les infrastructures (118%), suivies des help desk (+25 %) et enfin les services ‘applications et support‘ (+6%). Les opérations portant sur les postes de travail semblent être en nombre constant.

Le marché de l’outsourcing en France

Sur cette même période, Compass MC a recensé une centaine de contrats signés par des entreprises basées en France. Si 15% d’entre eux portent sur l’infrastructure en 2004, ce taux atteint 47% en 2005.

En France, historiquement, les premières opérations d’outsourcing sont dues au contexte des migrations. Aujourd’hui, les outsourceurs maîtrisent de mieux en mieux les prestations fournies autour des infrastructures. Ils ont industrialisé les processus et maîtrisent les coûts. Les entreprises françaises sont, de ce fait, plus enclines à leur confier leur infrastructure. Il faut toutefois distinguer parmi ces signatures, les nombreuses opérations de renouvellement ou add-on, des nouveaux contrats.

Dans le cas des renouvellements ou extensions, les entreprises cherchent à améliorer les points faibles, à se conformer aux standards reconnus et à s’aligner aux prix du marché. En effet, des clauses clés intégrées au contrat dès l’origine, suivant ses conseils, vont permettre à l’entreprise d’assurer une bonne relation avec son fournisseur pour un prix conforme au marché, des indicateurs de suivi vont mesurer la qualité produite, le coût des prestations complémentaires sera borné.

A l’inverse, dans le cadre des nouveaux contrats, l’entreprise raisonne encore en termes de régie avec engagement de résultat sans perception des coûts réels du marché ni visibilité des pièges à éviter.

Une faible proportion d’opérations offshore signées en France

L’analyse des deux années passées permet à Compass MC de démystifier l’offshore (externalisation de procédures informatiques hors du territoire français), souvent utilisé comme épouvantail contre la mondialisation des échanges.

Au regard du marché de l’outsourcing en France, 5% seulement du total des opérations répertoriées entre 2004 et 2005, a été effectué en offshore.

Les difficultés d’adaptation aux cultures et langues demeurent un frein à l’engagement contractuel en offshore même si les méthodologies partagées facilitent les échanges. Les économies réalisées sur les ressources sont contrebalancées par les coûts de traduction, les déplacements, les réunions, la nécessité de finaliser les cahiers des charges dans les moindres détails.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur