Pour gérer vos consentements :
Categories: Logiciels

Low-code : les critères pour choisir une plate-forme

IA, BPM, composabilité, architectures orientées événements… Autant d’éléments qui gagnent du terrain dans les plates-formes d’applications low code (LCAP). Mais tous restent des fonctionnalités « avancées », au sens de Gartner. Aucun ne constituait en tout cas un critère obligatoire pour figurer au dernier Magic Quadrant consacré à ce segment de marché*.

D’une édition à l’autre, les exigences n’ont pas tant évolué sur le volet fonctionnel que sur la partie business. En la matière, on a donné la place à des indicateurs censés refléter la « solidité » des fournisseurs.
Sur cet aspect qui apparaît prioritaire chez les acheteurs, les offreurs s’illustrent diversement. Mendix, par exemple, a pour lui l’appui de sa maison mère (Siemens). Du côté de Microsoft, la viabilité de Power Apps doit beaucoup aux synergies avec les autres produits de l’éditeur. Chez Kintone, on se distingue plutôt par l’écosystème de partenaires.

Low-code doit rimer avec haute disponibilité

Pour prétendre entrer au « carré magique », il fallait proposer un LCAP qui :

– Ne soit pas impérativement adossé à d’autres produits
– Ait une tarification propre
– Couvre à la fois l’IT et les métiers (pas seulement les « développeurs citoyens »)
– Ne serve pas majoritairement à développer des applications sectorielles

Sur la partie fonctionnelle, il fallait essentiellement proposer de quoi :

– Développer, test, déployer, exécuter, administrer et monitorer des apps low code
– Stocker des données sans nécessiter de services additionnels (database intégrée)
– Concevoir schémas de données et logiques applicatives
– Faire appel à des services tiers par API ou événements
– Automatiser au minimum les correctifs et la gestion des versions de la plate-forme
– Déployer en une seule étape sur tous les environnements, du dev à la prod
– Partager des composants (répertoire, marketplace…)
– Intégrer haute disponibilité et récupération après sinistre
– Fournir un accès sécurisé aux applications développées

* Les solutions intégralement open source ne sont pas entrées dans le champ d’étude. Gartner estime à 4,45 milliards de dollars le volume d’affaires mondial du segment LCAP en 2020.

Recent Posts

RGPD : vers une nouvelle méthode de calcul des amendes

Le Comité européen de la protection des données (CEPD) a adopté de nouvelles lignes directrices…

16 minutes ago

Qui utilise (vraiment) les outils low code et no code ?

Près de 5 développeurs sur 10 utilisent des outils low / no code. Mais pour…

18 heures ago

DevSecOps : Snyk nomme Adi Sharabani CTO

Snyk a recruté Adi Sharabani au poste de chief technology officer. Il encadre l'évolution technique…

18 heures ago

JavaScript : Meta bascule Jest en open source

Meta a officiellement transféré Jest, son framework de test, à la Fondation OpenJS. Celle-ci s’engage…

19 heures ago

Avec Viva Goals, Microsoft rassemble les collaborateurs autour des objectifs business

Microsoft continue d’étoffer sa plateforme Viva, dédiée à l’expérience collaborateur, en lançant Viva Goals, un…

20 heures ago

Développeurs : Google Cloud pousse Assured OSS

Google Cloud va distribuer un catalogue de bibliothèques logicielles open source approuvées par ses soins.…

22 heures ago