Lutte ‘anti-spam’ : Bruxelles dénonce l’immobilisme des Etats membres

Sécurité

Malgré une directive de 2002, les Etats membres de l’UE ne se mobilisent pas
réellement contre le fléau des messages ‘pourriels’…

Plus de 8 e-mails sur 10 seraient des spams. Le phénomène commence à prendre une ampleur cauchemardesque et la Commission européenne s’inquiète et s’impatiente.

Car des mesures ont été prises. En 2002, une directive est votée et transposée. Mais Bruxelles constate qu’elle est peu appliquée. La semaine prochaine, la Commission devrait faire une communication et appeler les Etats membres à se mobiliser.

Selon la Tribune, qui a eu accès à ce document, Bruxelles dénonce le manque d’organisation des Etats, le petit nombre de plaintes déposées et l’absence de coordination entre les institutions concernées.

“Les menaces que représentent les pourriels, les espiologiciels et les logiciels malveillants entament la confiance du public dans la société de l’information. Les actions entreprises au sein de l’Union sont insuffisantes pour faire face à cette évolution”, explique Bruxelles.

La Commission pourrait proposer de nouvelles mesures comme un système de plainte en ligne déjà utilisé avec succès aux Pays-Bas. De nouvelles obligations pourraient être imposées aux opérateurs et aux FAI. Une peine plancher pourrait même être appliquée aux auteurs de spams…


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur