L. Ellison (Oracle) réclame 4 Mrds $ de dédommagement à SAP !

Cloud

Dans le procès TomorrowNow -ex acquisition de SAP – Larry Ellison, patron d’Oracle, estime le préjudice subi à la bagatelle de 4 milliards de dollars. Intox?

Le big boss d’Oracle n’est pas d’humeur à modérer ses propos dans l’affaire TomorrowNow, cette société acquise par SAP (et fermée ensuite) et qui aurait eu accès à un logiciel Oracle et à un fichier de support aux clients -prospects d’Oracle. L’accusation mentionne notamment la violation de copyright.
Le dossier est actuellement plaidé devant la justice fédérale américaine. Le procès entame sa deuxième semaine, et Larry Ellison, le turbulent fondateur d’Oracle, est venu ajouter sa touche personnelle. Il n’y va pas avec le dos de la cuillère.  Il a soutenu haut et fort, ce 8 novembre, que le préjudice commis par SAP, pour atteinte à la propriété intellectuelle, représente environ 4 milliards de dollars.

SAP ne conteste pas les accusations portées contre TomorrowNow: la firme aurait bel et bien téléchargé du logiciel Oracle et des documents commerciaux se rapportant au “support clients”.
Mais la discussion porte maintenant sur la valorisation du préjudice subi. Selon un expert commis par Oracle, SAP devrait indemniser Oracle à hauteur d’au moins 1,5 milliard de dollars. De son côté, SAP, par l’intermédiaire d’un avocat, parle d’un dédommagement de… 40 millions de dollars.
Larry Ellison, avec sa fougue légendaire, met la barre 100 fois plus haut! Il n’a pas hésité à déclarer qu’il réclamait un montant de 4 milliards de dollars car, estime-t-l, c’est la valorisation à laquelle il serait arrivé s’il y avait eu négociation d’une licence commerciale avec son grand rival SAP…

Le problème pour Larry Ellison est que des échanges d’emails entre TomorrowNow et Oracle, dont certains impliquant Safra Catz, ‘co-presidente’ d’Oracle, avaient largement atténué la portée de ce détournement de logiciel et de fichier. Cependant, le Wall Street Journal rapporte que, à la sortie du tribunal, elle a déclaré ce 8 novembre: “Ils ont volé le logiciel, maintenant ils ne veulent pas payer. C’est comme s’ils avaient dérobé une montre de 2.000 dollars et la bradaient à 20 dollars. Maintenant, c’est ce qu’ils veulent nous payer: 20 dollars“…


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur