M. Papermaster, le cerveau d'IBM pourra finalement rejoindre Apple

Régulations
crédit photo © FotolEdhar Fotolia.com

Big Blue refusait que son collaborateur mange des pommes

L’affaire Papermaster semble avoir trouvé une issue. En novembre dernier, cet américain est au centre d’une guerre ouverte entre IBM son employeur et Apple. Rappel des faits.

Ce vice-président de la division développement blade d’IBM (serveurs lame) annonce être en partance pour Apple après 26 ans de bons et loyaux services. Il a notamment participé au développement de l’architecture PowerPC.

Mais Big Blue inquiet que le VP emmène avec lui ses secrets de fabrication, décide de poursuivre en justice son ancien collaborateur à travers une plainte auprès du tribunal du district de Manhattan.

IBM met en avant un accord de non-concurrence signé en 2006 qui le lie à son salarié. Le document stipule que Mark Papermaster ne peut pas travailler pour un concurrent avant un délai d’un an après son départ. Big Blue explique également que les secrets connus par le VP est un argument suffisant pour bloquer sa nomination.

Le constructeur souligne ainsi que Papermaster était l’un de ses 300 responsables qui avaient accès à de nombreuses données relatives à sa propriété intellectuelle et donc à ses secrets commerciaux.

En fait, IBM est inquiet car les serveurs XServe d’Apple sont en concurrence directe avec la ligne de serveurs SMB d’IBM. IBM affirme que les travaux de Mark Papermaster sur cette architecture lui ont donné accès à de nombreux secrets qui pourraient être exploités par ses concurrents.

Rappelons que Apple et IBM ont développé ensemble dans les années 90, le processeur PowerPC notamment utilisé par Apple pour toutes ses machines. La société s’est ensuite tournée vers Intel pour se fournir en puces.

Finalement, les deux firmes ont donc réussi à s’entendre à l’amiable et Big Blue a redonné sa liberté à Papermaster. Ce dernier pourra donc bel et bien rejoindre les équipes en charge de l’iPod et de l’iPhone. Néanmoins, l’ingénieur devra prêter serment pour assurer à IBM qu’il n’exploitera pas ses technologies secrètes chez Apple.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur