Pour gérer vos consentements :

M8 : Oracle lance la huitième génération de processeurs Sparc

Oracle fait évoluer sa plate-forme processeurs Sparc avec cette huitième génération, que l’on retrouve derrière une gamme de serveurs et autres clusters dédiés aux applications dans le Cloud (d’Oracle) ou sur site.

La nouvelle offre se déploie autour du processeur Sparc M8, une vraie bête de course sur le papier.

Gravée en 20 nanomètres (nm), la puce dispose de 32 cœurs V9 avec une fréquence qui peut monter à 5 GHz, soit 256 threads (8 flux d’instructions par cœur), 64 Mo de cache L3 par processeur et 128 Ko de cache L2 par cœur.

D’autre part, le composant intègre une unité de chiffrement qui supporte 16 algorithmes de cryptage et la génération de nombres aléatoire (AES, Camellia, CRC32c, DES, 3DES, DH, DSA, ECC, MD5, RSA, SHA-1, SHA-3, SHA-224, SHA-256, SHA-384, SHA-512), ce qui permettra d’alléger d’autant la charge du processeur.

Oracle évoque un chiffrement et un hashage deux fois plus rapide qu’avec les solutions x86 (sans préciser lesquelles) et aussi que le M7 (le M8 héritant de nombreuses caractéristiques issues de la précédente génération de puce).

Notamment des 32 moteurs DAX (Data Analytics Accelerators) par processeur (8 unités dotées de 4 canaux chacune) de deuxième génération qui, exploités par les API maison, promettent « performance et efficacité de pointe grâce à l’analyse de base de données et au traitement des flux Java », assure Oracle.

En outre, le chipset intègre la sécurité dès sa conception et la protection des données en mémoire contre risque de piratages et erreurs de programmation.

Une puissance de calcul gonflée

Globalement, selon Oracle, le Sparc M8 se montre « entre 2 et 7 fois plus rapide que l’offre x86 » pour la gestion des bases de données, les opérations Java et le traitement de l’analytique en mémoire.

Une puissance de calcul qui s’appréciera dans les serveurs T8 (jusqu’à 4 processeurs M8) et M8 (jusqu’à 8 processeurs) et dans son SuperCluster (jusqu’à 4 nœuds M8 ou 512 coeurs, 64×64 Go de mémoire, 11 serveurs Exadata Storage par rack, 40 Gbit/s réseau InfiniBand, etc.).

Oracle rappelle qu’il s’engage à poursuivre le support des technologies Solaris sur Sparc jusqu’en 2034.

Parallèlement aux prouesses technologiques, la firme IT américaine allège les équipes en charge de ses solutions matérielles et cette restructuration concerne aussi celles en charge de Spark.


Lire également
Oracle introduit de l’intelligence artificielle dans son Cloud IoT
Oracle pousse Java EE vers une fondation Open Source
Oracle amène le Responsive Design à ses applications Saas

Recent Posts

Ransomwares : que paient les PME en France ?

6 PME françaises sur 10 victimes d'une attaque de ransomware disent avoir payé jusqu'à 40…

1 jour ago

5G : le Canada rejette Huawei

Le gouvernement de Justine Trudeau a décidé, comme son voisin américain, de bannir le géant…

1 jour ago

Dell Technologies : les 5 dirigeants les mieux rémunérés

Les cinq principaux dirigeants de Dell Technologies ont obtenu une rémunération totale combinée de 93…

1 jour ago

WhatsApp s’ouvre aux entreprises, avec une API basée sur le cloud

Mark Zuckerberg et le groupe Meta ont trouvé un moyen de générer des revenus B2B…

1 jour ago

Windows 11 : le portail de téléchargement usurpé par des hackers

Des pirates ont détourné le portail officiel de téléchargement du système d’exploitation Windows 11 pour…

1 jour ago

Sauvegarde et restauration : Veeam dévoile la v12

Veeam dévoile la mise à niveau de son offre Backup & Replication (v12) et dévoile…

2 jours ago