Mac : Apple pourrait utiliser des processeurs ARM dès 2020

ComposantsPoste de travail
apple-macos-sierra

Apple pourrait utiliser ses propres processeurs pour certains de ses ordinateurs Mac à compter de 2020, en lieu et place des puces Intel.

Apple prévoirait d’utiliser ses propres processeurs dans certains de ses Mac dès 2020, selon des sources proches du dossier, indique Bloomberg.

Le projet, répondant au nom de code « Kalamata », serait pour l’heure dans sa première phase de développement.

Les puces développées par Apple remplaceraient celles d’Intel qui équipent actuellement tous les ordinateurs Mac de la firme de Cupertino. Mais, la transition devrait se faire suivant plusieurs étapes.

Initialement, elle pourrait concerner des ordinateurs portables tels que le MacBook 12 pouces.

ARM inside

Il s’agirait de processeurs à technologie ARM, à l’instar de ceux embarqués dans les SoC (System on Chip) Axx qui équipent d’ores et déjà les iPhone, iPad, Apple TV, HomePod et Apple Watch.

En plus d’assurer une plus grande autonomie à ceux qui intégreront de telles CPU, il s’agirait de s’émanciper d’Intel. Selon Bloomberg, Intel réalise 5 % de son chiffre d’affaires annuel avec Apple.

Dans un processus d’intégration verticale

Apple a déjà entamé une stratégie d’intégration verticale qui vise à développer toujours plus de composants électroniques, réduisant ainsi sa dépendance vis-à-vis des fournisseurs. La firme dirigée par Tim Cook a déjà développé ses propres solutions graphiques (GPU) alors qu’elle avait recours auparavant aux GPU PowerVR d’Imagination Technologies.

Fin 2017, Dialog Semiconductor avait reconnu qu’Apple développait ses propres puces de puissance et que les siennes pourraient de ce fait se voir écarter de la BOM (Bill of Materials) des iPhone. Avec la technologie MicroLED sur laquelle Apple planche, ce sont des groupes tels que Samsung, LG Display, Sharp ou encore la co-entreprise Japan Display qui pourraient faire les frais de cette intégration verticale.

Une plus grande homogénéité

En plus de réduire la dépendance vis-à-vis d’Intel et de ses cycles de développement de nouveaux processeurs, il s’agirait pour Apple d’assurer une plus grande homogénéité entre ses différents appareils. Dans cette logique, le groupe prévoirait de permettre aux ordinateurs Mac d’exécuter des applications iOS. Baptisé « Marzipan », cette initiative pourrait arriver au gré d’iOS 12 et de macOS 10.14.

Apple avait déjà changé de stratégie concernant les processeurs de ses Mac. En effet, en 2005, Steve Jobs annonçait le passage des processeurs PowerPC signés IBM aux CPU Intel.

La technologie ARM déjà présente dans les Mac

Le groupe a par ailleurs déjà commencé à intégrer de la technologie ARM dans ses Mac. Elle a en effet développé la puce T1 qui équipe certains MacBook Pro afin de gérer le capteur Touch ID (pour le déverrouillage et d’autres types de validation) ainsi que le Touch Bar, la barre tactile à écran OLED qui permet d’accéder à des fonctions contextuelles.

Il s’agit d’un gage de sécurité pour l’aspect biométrie puisque c’est un élément sécurisé de la puce T1 qui stocke les points de l’empreinte digitale, et non la mémoire de masse du Mac.

L’iMac Pro va encore plus loin avec l’exploitation de la puce T2 qui chapeaute de nombreuses fonctionnalités, telles que le contrôle des haut-parleurs stéréo, du microphone interne, des ventilateurs, de l’appareil photo et du stockage interne.

La puce est également en mesure de chiffrer en temps réel les données et valide l’intégrité du système au démarrage avant de passer la main au CPU Intel.

Fin janvier, la rumeur circulait qu’Apple développerait des co-processeurs pour ses mac venant épauler les CPU Intel. On pourrait en apprendre plus à ce sujet à l’occasion de la conférence développeurs WWDC (Worldwide Conference Developers) 2018 qui aura lieu du 4 au 8 juin prochain.

(Crédit photo : @Apple)

Lire aussi :

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur