Mainframe : IBM recherche experts Cobol désespérément

En pleine pandémie de Covid-19, le recours massif au télétravail et la flambée du chômage mettent à l’épreuve les systèmes mainframe de grands comptes publics et privés.

En effet, les grands systèmes ou ordinateurs centraux (mainframe), tels les IBM z, et les applications critiques développées en Cobol, langage de programmation créé en 1959, doivent absorber un trafic sans précédent.

« Nos clients sont confrontés à des circonstances inédites. Or une grande partie des infrastructures critiques mondiales, dont celles de gouvernements, des secteurs de la santé, des transports, des services financiers et d’autres grandes industries, dépendent d’IBM », a déclaré Meredith Stowell, vice-présidente en charge de l’écosystème IBM Z.

IBM a donc renforcé son engagement dans le projet Open Mainframe de la Fondation Linux.

Équipe et systèmes sous pression

Les partenaires ambitionnent d’aider des équipes IT confrontées à un déficit de compétences, à se doter des talents Cobol nécessaires au maintien de leurs systèmes critiques.

IBM dit travailler étroitement avec les clients du mainframe « pour répondre à leurs besoins » et « trouver des solutions aux défis auxquels ils sont confrontés ». Absorber le trafic sans précédent de systèmes backend de plateformes d’inscription au chômage est un de ces défis.

Pour faire face, les parties prenantes ont développé plusieurs outils, dont un portail de mise en relation entre programmeurs Cobol expérimentés et employeurs, ainsi qu’un forum technique proposant les conseils d’experts Cobol (en accès libre, pour le moment).

Enfin, un programme de formation Cobol à la demande sera mis à disposition de « débutants » et de professionnels qui veulent se mettre à niveau.

(crédit photo © Mark Agnor / Shutterstock)