Mandriva fête ses dix ans et sa cuvée 2009

Logiciels

L’éditeur français de la distribution Linux annonce une nouvelle version, toujours plus simple, toujours plus graphique. Et toujours en trois versions, dont une “100% free”

Pour ses dix ans, Mandriva (ex Mandrakesoft) propose une version 2009 de sa distribution Linux, basée sur le noyau Linux 2.6.27 avec un support matériel amélioré et toujours dans 80 langues et plus de 140 pays.

L’installeur graphique a été revu est simplifié, ainsi que le centre de contrôle. Les notifications des nouvelles versions de l’OS sont enfin automatisées, avec le choix des serveurs miroirs de téléchargement. L’installation d’application a également été simplifiée, et les packages inutiles (orphelins) après désinstallation d’une application sont détectés et supprimés pour un système plus “propre” et allégé.

Plus rapide, plus riche, et Google inside

Les utilisateurs des versions précédentes apprécieront le démarrage plus rapide de leur ordinateur, de trois à une vingtaine de secondes en moyenne, selon les configurations“, précise Frédéric Crozat, responsable Engineering chez Mandriva.

Côté environnement graphique, Mandriva laisse le choix entre KDE 4.1 et Gnome 2.24. Bien entendu, l’utilisateur retrouvera OpenOffice.org 3 et Firefox 3, Acrobat Reader, le lecteur Flash, etc. Dans la version Powerpack, l’éditeur a ajouté – entre autres – les codecs audio et vidéo, la retouche avancée de photos numériques avec LightZone, la virtualisation VMware, et les applications Google “out of box” prêtes à installer (Google Desktop, Toolbar, Earth et Picasa). L’éditeur annonce ce partenariat avec Google comme une première. Toutefois, en France où le haut débit est très généralisé, le téléchargement ne pose pas de problème majeur. Mais cela ne nuit pas non plus…

Et l’argument vaut alors aussi pour Acrobat, Open Office… Don’t Act !

Mandriva propose toujours la synchronisation avec les terminaux sous Windows Mobile, et porte une attention plus particulière aux netbooks et autres Ultra Mobiles PC (UMPC) et surtout sur les pilotes matériels, les couches basses, et lors de l’installation. Ainsi, lorsqu’un netbook est détecté, l’installeur propose une version de Gnome allégée. Enfin, le contrôle parental a été amélioré, et la connexion 3G basée sur les clés fournies par les opérateurs est disponible

A chacun sa panoplie

Mandriva Linux 2009 est disponible en trois éditions téléchargeables sur Internet ou dans la boutique. La version Powerpack, la plus complète avec le support et les services, au format boîte est vendue 69 euros, 59 euros en boîtier 2 DVD avec documentation, et 49 euros en téléchargement.

Côté gratuit, la version Free conviendra aux puristes, car elle est “100 % free” ne contient aucun logiciel d’éditeur commercial. Enfin, Mandriva Linux 2009 One (gratuit) avec son CD-Rom « live » est plutôt destinée aux débutants sous Linux.

Mandriva revient sur la scène… économique

Après une période difficile suite à un redressement judiciaire en 2004, Mandrakesoft relève la tête en jouant sur deux tableaux : la croissance externe et la diversification de son offre. En juillet 2004, elle rachète la société Edge-IT pour renforcer son activité support. À l’époque elle lance son offre Corporate Serveur, et est retenue par le Ministère de la Défense pour développer un système d’exploitation hautement sécurisé. En 2005, elle rachète le brésilien Connectiva (distribution Linux) et devient Mandriva. La même année, la société lance Pulse, son outil d’administration de parc, premier outil de télédistribution en open source. Enfin, en mai 2005, elle rachète le français Linbox, éditeur de logiciels d’infrastructure sous Linux.

Outre les logiciels de la communauté Mandriva Linux, la société propose des solutions pour les Entreprises : migrations Linux et logiciel libre (Corporate Desktop et Corporate Server), sa solution d’administration de parcs de machines Pulse, et son annuaire LDAP Directory Server.

Troisième pan de ses activités, les produits à destination des fabricants d’ordinateurs (OEM), afin d’installer une distribution Linux personnalisée sur leurs machines (avec gestion de la maintenance et support). L’éditeur surfe fortement sur le a vague des netbooks, avec des versions personnalisées assez réussies.

Mobilité et Internet avec Turbolinux et Intel

Entre distributions Linux, la différence ne se fait pas sur le noyau, mais bien sur la distribution. C’est pourquoi nous invitons depuis longtemps les divers éditeurs de distribution à collaborer étroitement pour faire avancer plus efficacement les développements. Un effort qui porte ses fruits, puisque Turbolinux et Mandriva ont cofondé la société Manbo Labs pour effectuer un travail conjoint de définition des composants de base de la distribution. De plus, Manbo Labs a noué un partenariat avec Intel dans le cadre Moblin [NDLR: projet pour créer une distribution GNU/Linux spécialement dédiée aux équipements mobiles Internet (MID pour Mobile Internet Devices)]”, conclut François Bancilhon, p-dg de Mandriva.

ecran_mandriva.jpg


Auteur : José Diz
Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur