Mandriva joue la carte de la simplicité avec Mandriva Enterprise Server 5

Logiciels

MES 5, le successeur de CS4, vise les entreprises de taille moyenne dépourvue de direction informatique

Mandriva annoncera demain, vendredi 19 juin, la disponibilité officielle de Mandriva Enterprise Server 5.0 (MES 5), la version serveur de sa distribution Linux. Pièce maîtresse de la stratégie de développement de l’éditeur français de solutions open source depuis l’arrivée d’Hervé Yahi en novembre 2008, MES 5 se distingue par sa simplicité de mise en œuvre et d’administration. Il succède à ce titre à Corporate Server 4 (CS4). En offrant une solution pourvue des briques applicatives essentielles pour rendre immédiatement opérationnelle une plate-forme serveur, Mandriva espère séduire les entreprises dépourvues de directions informatiques.

Faciliter la vie des entreprises de taille moyenne passe par la présence d’un assistant de déploiement des piles applicatives de façon remplacer la ligne de commande par l’interface graphique et la souris. MES 5 est notamment livré avec un serveur de messagerie POP et webmail (RoundCube par défaut mais le choix est libre), accompagné de sa solution de sécurité (antivirus Clam AV, antispam SpamAssassin), un serveur d’impression et de fichiers (Samba, Cups, NFS), un serveur d’authentification, et des services réseaux DNS/DHCP.

Par ailleurs, l’exploitation au quotidien est simplifiée par l’intégration de Mandriva Directory Server (MDS). Un outil particulièrement mis en avant puisqu’il permettra de gérer les utilisateurs (employés, clients, partenaires) par groupes depuis un annuaire LDAP selon les politique mises en place par l’entreprise. Les technologies de virtualisation sont également prises en charge et permettront de consolider les serveurs et donc optimiser l’investissement matériel.

Enfin, Mandriva s’assure de la parfaite compatibilité matérielle de sa solution, notamment avec Intel qui certifie (depuis plusieurs années déjà) la bonne optimisation de l’OS hôte avec l’architecture multi-cœurs de ses processeurs. Madriva s’est également attaché le partenariat d’éditeur de briques essentielles comme Arkeia pour les solutions de sauvegarde.

Dans les faits, MES 5 s’avère effectivement redoutable de simplicité. Démonstration à l’appuie, il n’a pas fallu 30 minutes (commentaires compris) à Vincent Guardiola, ingénieur conseil chez Mandriva, pour déployer le serveur de messagerie, Samba, Directory Server et LDAP (Lightweight Directory Access Protocol). Le tout à la souris. Et la création de deux comptes d’utilisateurs est tout aussi intuitive. Une démonstration que la solution peut, jusqu’à un certain niveau, être prise en main par les non spécialistes. Selon Vincent Guardiola, un tel déploiement “nécessiterait une à deux journée [depuis une solution avec des briques non intégrées]”.

Nous ne nous plaçons pas en concurrence frontale avec Red Hat ou Novell, confirme Hervé Yahi, “nous visons les PME/PMI qui n’ont pas forcément d’administrateur dédié. MES 5 va servir à quoi il a été fait”, conclut-il.

Proposé à 299 euros avec 1 an de support maintenance, MES 5 bénéficie d’un support des mises à jour de 5 ans par l’éditeur. Les entreprises clientes pourront s’appuyer sur les serveurs privés “Miroir” qui synchronisent directement les mises à jour de distribution chez Mandriva. Le serveur est par ailleurs certifié Linux Base Standard 4 (LSB 4) qui assure la totale compatibilité avec les logiciels estampillés LSB 4.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur