Marc Zuckerberg à Paris, une visite entre règlement de comptes et séduction

GouvernanceRégulationsSurveillance

Rendre des comptes et montrer patte blanche, c’est le grand écart que va devoir réaliser le patron de Facebook lors de sa visite à Paris la semaine prochaine.

Le patron de Facebook sera à Paris les 23 et 24 mai pour une visite qui devrait alterner entre mise au point politico-business et opération séduction.

Etape 1 : Règlement de comptes à l’Elysée ?
Marc Zuckerberg  va s’entretenir le 23 mai avec le président de la République.  L’Élysée l’assure : les discussions avec Emmanuel Macron seront « franches » et « rudes ». A l’ordre du jour, que des sujets qui fâchent comme la désinformation en ligne, le traitement des données personnelles mais aussi  la fiscalité. Le patron pourra refaire ses gammes déjà éprouvées lors de son audition devant le Congrès américain.

L’entretien bilatéral se déroulera à l’occasion d’une rencontre baptisée  “Tech for Good”, qui réunira une cinquantaine de dirigeants du numérique parmi lesquels Brian Krzanich (Intel), Satya Nadella (Microsoft) et Virginia Rometty (IBM).

Etape 2 : Opération séduction à Viva Technology le 24 mai
Plus consensuelle sera sa deuxième journée parisienne dévolue à une opération de communication parfaitement huilée. Avec Maurice Lévy, Président du Conseil de Surveillance de Publicis Groupe, il s’adonnera à une discussion dans le cadre du salon Viva Technology sur ” plusieurs sujets dont la technologie mise au service du bien commun au niveau mondial, ses enjeux mais aussi les challenges que cela implique” indique un communiqué. Pour coller à l’actualité tourmentée du réseau social, on parlera aussi de la protection des données et de l’implémentation du RGPD  (voir notre dossier) qui entrera en vigueur le lendemain.
Autre sujet : Facebook et sa contribution active à l’écosystème Tech français, avec Facebook Artificial Intelligence Paris (FAIR), son laboratoire dédié à l’IA dont il célébrera la veille les 3 ans.

Escapade à Bruxelles

Mark Zuckerberg fera aussi une visite Bruxelles, sans précision sur la date, pour rencontrer les élus européens, qui le sollicitaient depuis plusieurs semaines.  Cette fois encore, la réunion sera consacrée à « clarifier des problématiques liées à l’exploitation des données personnelles ».  L’audition devrait se dérouler à huis clos ce qui provoque l’ire de certains parlementaires  qui menacent de la boycotter.

En revanche, les parlementaires britanniques n’auront pas l’occasion de lui poser leurs questions malgré les demandes réitérées. 

 

Lire aussi :

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur