Marché des serveurs : HP domine dans toutes les catégories

RéseauxServeurs

Que ce soit en terme de nombre de machines vendues ou de revenus générés, HP reste le numéro 1 sur le marché des serveurs malgré la pression concurrentielle.

Le Gartner confirme la bonne santé du marché des serveurs sur le premier trimestre 2011. Depuis l’an dernier, une croissance de 8,5 % des ventes a ainsi pu être constatée. Elle s’accompagne d’une hausse des revenus générés de 17,3 %.

Sans grande surprise, les serveurs x86 forment le gros des troupes (+8,6 % de ventes et +17,5 % en revenus). Les serveurs UNIX RISC et Itanium semblent sortir de leur léthargie (+5,2 % de ventes et +20,7 % en revenus). Enfin, les autres types de serveurs, essentiellement les mainframes, grimpent de 19,6 % en revenus.

En terme de revenus, le leader du secteur reste sans conteste HP, avec 30,2 % de parts de marché (+12,9 % depuis le premier trimestre 2010). Il est toutefois talonné de près par IBM, qui a réussi à capter 29,7 % des revenus (+23,3 %). Dell s’en sort honorablement (14,9 % des revenus, +13,1 %), tout comme Oracle, qui semble rebondir (6,3 % des revenus, +33,6 %). Enfin, Fujitsu clôt la marche (4,7 % des revenus, -8,3 %).

Cette première impression est toutefois à mettre en rapport avec les volumes de vente. Dans ce secteur, HP domine toujours avec 29,8 % de parts de marché (+2,3 %), devant Dell (22 % de parts de marché, -0,4 %), IBM (11,8 % de parts de marché, +1,6 %), Fujitsu (3,3 % de parts de marché, -1,2 %) et Oracle (1,6 % de parts de marché, -13,5 %).

Le constat est donc simple : les constructeurs de serveurs x86 constituent l’essentiel des ventes, mais se font rattraper en terme de revenus générés par les concepteurs de machines RISC et de mainframes. Ce phénomène est dû d’une part à la concurrence qui fait rage dans le monde des serveurs x86, et – pour les serveurs RISC – par une montée en gamme, qui s’accompagne d’une flambée des prix. Elle est particulièrement marquée chez Oracle, puisque la firme augmente ses revenus de 33,6 %… malgré une diminution du volume de ses ventes de 13,5 %.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur