Marché RFID : le secteur postal est une cible de choix

Régulations

Patience! Le marché mondial des systèmes RFID (étiquettes comprises) dans les services postaux et de messagerie devrait atteindre 3 milliards de dollars en… 2016

Selon la société d’études Research and Markets, ces 3 milliards de dollars dans le monde pourraient être dépassés si les initiatives actuelles connaissent une plus grande acceptation. De fait, à terme ce sont près d’un milliard d’articles postaux qui se verront ainsi étiquetés chaque année, ce qui en fera la seconde application de la RFID, juste derrière la ‘

supply chain‘. La RFID est désormais au goût du jour dès qu’il s’agit de traiter en volume du courrier ou des paquets. Dans le passé, cette technologie n’a guère été utilisée que pour assurer des tests métrologiques des performances des services postaux, les tags n’étant utilisés que sur un infime pourcentage du courrier contrôlé, le suivi ne s’effectuant que sur un petit nombre de parcours et de véhicules. Ce n’est plus le cas désormais. Avec DHL qui joue les gros bras dans ce domaine, la poste saoudienne qui ‘tague’ près d’un milliard de paquets à destination des boîtes postales du pays, il y a de fortes chances pour que les applications décollent sur ce segment. Il existe même un système postal ‘RFIDisé‘ qui automatise complètement l’ensemble du processu de livraison du courrier, depuis l’acceptation du paquet au bureau de poste jusqu’à son dispatching en passant par sa classification. Il a d’ailleur été testé avec succès en Corée cette année. Korea Electronics et l’ETRI (Electronics and Telecommunications Research Institute) ont présenté ce système à des représentants du Ministère de l’Information et de la Technology, ainsi qu’à des acteurs du marché privé. A terme, il est censé remplacer le système actuel qui utilise le code-barres. Pour l’heure, c’est en effet cette technologie qui prévaut dans le secteur, avec pour désavantage l’emploi d’humains pour saisir les numéros des courriers dans le système. D’où des erreurs durant les changements d’équipe et des retards dans les livraisons. Le nouveau système, une fois parfaitement opérationnel, permettrait de travailler en temps réel et surtout de réduire l’erreur humaine à néant. Il est toutefois difficile d’estimer avec précision à quel moment l’étiquetage RFID se généralisera en matière de courrier, mais il faut toutefois ajouter que désormais l’utilisation de la RFID sur les paquets, les convoyeurs, les véhicules et les chariots se généralise et suscite des retours sur investissement appréciables. D’autant que la RFID améliore la sécurité tant des transactions que des personnes en diminuant la pénibilité de certaines tâches répititives. C’est ainsi que la Poste Suédoise dispose aujourd’hui d’un paquet espion qui détecte et enregistre les systèmes de compostage utilisant la RFID. D’autres innovations RFID sont également employées dont des cartes RFID pour le contrôle d’accès aux véhicules postaux et des équipements de tri utilisent d’ores et déjà la RFID pour leurs opérations. On comprend ainsi pourquoi certains acteurs, dont Microsoft, pénètrent ce segment de marché en force. Le potentiel global de ce segment est d’ailleurs parfaitement illustré par la décision de MS d’offrir ses premiers services postaux à Taiwan, puis à généraliser cette offre sur l’ensemble de l’Asie.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur