Mathématiques : comment susciter l’envie à l’école à l’ère du numérique

LegislationRégulations
mathematique-numerique-rapport-villani

A la traîne sur l’enseignement des mathématiques et des sciences en général, la France doit améliorer le niveau de ces disciplines à l’ère du numérique.

Difficile de susciter des vocations parmi les jeunes générations dans la filière numérique en éludant les mathématiques…C’est presque une situation paradoxale au regard des

C’est un constat mitigé : la France fait figure de mauvais élève sur l’enseignement des maths et des sciences, selon l’enquête internationale TIMSS (Trends in International Mathematics and Science Study).

Sur les 22 pays ayant participé à l’enquête menée par l’IEA (International Association for the Evaluation of Educational Achievement), la France arrive bon dernier sur les élèves de CM1 et enregistre une chute vertigineuse sur les élèves de Terminale S.

Du côté de PISA (Programme International pour le Suivi des Acquis), c’est un peu plus rassurant mais ce n’est pas glorieux non plus. Cette étude, menée par l’OCDE auprès d’adolescents de 15 ans, place les Français dans la moyenne européenne mais loin derrière des pays comme Singapour, le Japon, l’Estonie ou encore la Finlande.

Face à de tels résultats et compte tenu des enjeux essentiels des mathématiques pour développer les filières du numérique, on ne s’étonnera pas que le gouvernement ait jugé utile de réagir.

Le ministre de l’Éducation nationale Jean-Michel Blanquer a en effet confié une enquête sur les mathématiques à une équipe menée par le député de l’Essonne Cédric Villani et l’inspecteur général de l’éducation nationale Charles Torossian.

Objectif : établir un bilan des forces et des faiblesses actuelles, préciser les points de blocage et les leviers potentiels avant de formuler des propositions concrètes en s’inspirant des pratiques les plus concluantes et à la lumière des études internationales.

Remis le 12 février dernier, le rapport recense pas moins de 21 mesures pour redresser la barre, allant de la formation des professeurs au rééquilibrage en donnant plus de place aux séances d’enseignants mathématiques.

Sans oublier des dispositifs pour réconcilier les élèves avec les mathématiques ou encore le développement de partenariats avec des clubs et autres activités périscolaires en lien avec les mathématiques.

Parallèlement, le rapport prévoit des approches basées sur la manipulation et l’expérimentation, par exemple, dès le plus jeune âge et préconise des mesures pour donner plus de sens aux nombres et aux quatre opérations de base, développer des automatismes de calcul par des pratiques rituelles, etc., et mettre en place des paliers pour s’assurer des acquis à chaque étape.

Si les consignes inscrites dans ce rapport sont mises en œuvre, les mathématiques pourraient être inscrites comme une priorité nationale et mobiliser de nombreux acteurs afin de permettre aux jeunes Français, dès le premier degré, de briller de nouveau dans les concours internationaux et, plus fondamental, d’assurer la relève sur les filières numériques de demain.

Le rapport préconise aussi la “montée en puissance” d’un portail thématique de mathématiques et le recours à favoriser aux ressources IA.

“Y compris celles qui sont conçues par les  entreprises, qui permettent d’aider à gérer la différenciation pédagogique, à prendre en compte la personnalisation des parcours, en particulier celles qui sont conçues pour prendre en compte le handicap”.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur