McAfee rejoint Adobe et Symantec dans la fronde anti Vista

Logiciels

L’éditeur conteste la ‘fermeture’ du noyau du prochain OS de Microsoft

Vista continue à créer la polémique chez les éditeurs de logiciels. La grogne monte encore un peu plus avec les déclarations de McAfee, éditeur de sécurité qui rejoint les récents propos de son concurrent Symantec.

L’éditeur reproche à Vista d’empêcher les logiciels de sécurité externes d’accéder au noyau de l’OS afin d’exécuter certaines tâches. Une première dans l’histoire des OS. Microsoft a décidé de chiffrer le noyau afin… d’améliorer la sécurité.

Mais cette ‘interdiction d’accès’ au noyau est perçue comme une arme anticoncurrentielle. Ainsi, McAfee estime que le chiffrement l’empêchera de développer de nouveaux programmes destinés à Vista.

Dans une page de pub publiée dans le Financial Times, McAfee et d’autres éditeurs se fendent d’un communiqué assassin expliquant qu’avec “Avec Windows Vista, Microsoft (pense que) les ordinateurs seront plus sûrs s’il arrête de coopérer avec les firmes de sécurité indépendantes“. Et d’appeler à un accès suffisant à la plateforme, afin de permettre aux consommateurs de choisir leur meilleure solution de sécurité pour leur plateforme.

Rappelons que depuis plusieurs mois, la Commission multiplie les alertes autour de Vista, considérant que l’OS de Microsoft va une nouvelle fois brider la concurrence dans de nombreux domaines comme la sécurité et la bureautique.

Deux éditeurs de poids ont apporté de l’eau au moulin de Bruxelles. Adobe et Symantec ont demandé à la Commission de prendre des mesures, affirme le Wall Street Journal.

Adobe a demandé à la Commission d’interdire à Microsoft d’intégrer dans Vista un logiciel gratuit de création et de lecture de documents électroniques. Cette application viendrait par défaut concurrencer directement Acrobat, son logiciel star. Adobe craint que l’épisode Napster se reproduise. En intégrant automatiquement Internet Explorer à Windows, Microsoft avait étouffé son concurrent Netscape et d’autres, comme Real Media.

Symantec estime pour sa part que certaines fonctions de Vista couperont l’herbe sous les pieds aux concepteurs concurrents de logiciels de sécurité informatique, comme il l’a expliqué à l’autorité antitrust européenne, ajoute le journal.

Bruxelles pourrait demander à Microsoft de retirer ces composants qui pourraient nuire à la concurrence. “Nous sommes préoccupés par la possibilité que le prochain système d’exploitation Vista comprenne plusieurs éléments qui sont actuellement disponibles séparément chez Microsoft ou d’autres sociétés“, a déclaré le porte-parole de la Commission Jonathan Todd.

Selon les commissaires européens, la firme de Redmond risque non seulement de fausser la concurrence dans le domaine de la sécurité informatique mais également de porter préjudice à terme au consommateur.

L’affaire semble mal engagée pour Microsoft qui risque gros dans cette histoire. Le lancement de Vista pour le grand public est prévu pour janvier. Afin de faire pression, la firme laisse entendre que les exigences de la Commission pourraient induire un décalage dans le lancement de la version européenne de l’OS.

“Nous avons fait au printemps dernier des propositions concrètes à la Commission pour répondre à ses inquiétudes sur l’inclusion de diverses nouvelles caractéristiques (dans Vista) et nous attendons sa réponse“, déclare Microsoft dans un communiqué.

“Une fois que nous aurons obtenu cette réponse, nous saurons si la Commission sollicite de nouveaux changements dans la conception des produits, qui déboucheraient sur un retard en Europe”.

Cette manoeuvre a ulcéré la Commission:

“Ce n’est pas à la Commission de donner un feu vert avant que Vista ne soit sur le marché mais à Microsoft de prendre ses responsabilitésen tant que quasi-monopole, et de s’assurer que ses produits respectent les règles de concurrence fixées par l’Union“, a indiqué l’un des porte-parole de l’exécutif européen.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur