Le MDM incontournable pour gérer la mobilité en entreprise

LogicielsMobilitéSmartphones
MDM (crédit photo © violetkaipa - shutterstock)

Face à la prolifération des smartphones et tablettes, les entreprises devraient adopter en masse les solutions de gestion des terminaux mobiles (MDM).

Avec les phénomènes de consumérisation de l’IT et, plus encore, du BYOD (Bring Your Own Device), les données de l’entreprise sont de plus en plus exposées à l’extérieur de ses murs.

Si le BYOD optimise le travail des salariés mobiles, il implique également un risque pour la sécurité des informations. C’est pourquoi les entreprises s’organisent pour gérer au mieux cette mobilité. Notamment en s’équipant de solutions de gestion des terminaux mobiles (MDM pour Mobile Device Management).

D’ici 2017, 65 % des entreprises auront adopté un système MDM, rapporte le Gartner. Un élan notamment poussé par la fragmentation des OS mobiles.

Si iOS d’Apple a fait son entrée en force dans l’entreprise, notamment du fait du succès de l’iPad, les alternatives aux BlackBerry de RIM (Research In Motion), presque seul maître à bord il n’y a encore pas si longtemps, vont se multiplier.

Le MDM poussé par l’adoption des tablettes

D’abord à travers Android dont l’adoption est notamment assurée par des tarifs compétitifs des smartphones qui supportent la plate-forme de Google. Mais aussi avec Windows Phone 8 que Microsoft rapproche de Windows 8 pour proposer un environnement cohérent censé simplifier la gestion des terminaux pour les responsables réseau.

Résultat, d’ici 5 ans, 90 % des entreprises devront supporter au minimum deux systèmes mobiles (et probablement au moins trois), toujours selon le Gartner.

La démocratisation de l’usage des tablettes au sein des organisations professionnelles constitue un autre facteur de croissance pour le MDM. D’autant que les utilisateurs (dont les forces de ventes) poussent leurs hiérarchies à exploiter des applications métiers, notamment dans le domaine de la gestion client, mais aussi en matière de présentations et communications unifiées ou encore dans le décisionnel à travers le formatage de données graphiques.

Trois classes de terminaux

Autrement dit, smartphones et tablettes remplacent de plus en plus le traditionnel PC. « À l’instar des PC, les appareils mobiles sont des sortes de clients d’accès et les règles de contrôle devraient être aussi fortes, mais optimisées aux usages mobiles », soutient Phil Redman, analyste et vice-président au Gartner.

Face à la prolifération « inévitable » des terminaux mobiles en entreprise, le Gartner recommande de dresser trois classes d’appareils pour en assurer une bonne gestion : les terminaux fournis par l’entreprise, les modèles tolérés et ceux non tolérés.

Et pour chaque classe, les utilisateurs reçoivent une liste des technologies supportées. À eux d’adapter ensuite leurs usages et budgets en fonction de ces contraintes. Reste à savoir si les utilisateurs sauront restreindre leurs usages à ces cadres prédéfinis.

L’élargissement des solutions de MDM

Une tendance qui va profiter aux éditeurs de MDM. « Les fournisseurs de solutions MDM dépassent le seul besoin de la sécurité, afin de soutenir les applications de l’entreprise et les applications tierces, les données et les contenus, estime Phil Redman. Au cours des deux prochaines années, nous continuerons de voir les plates-formes de MDM s’élargir pour devenir des systèmes de gestion de la mobilité plus globaux et non limités aux seuls terminaux. »

Crédit photo © Violetkaipa – Shutterstock


Voir aussi
Quiz Silicon.fr – Connaissez-vous les OS mobiles ?


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur