Mecelec lance le télephone illimité à 10 euros/mois sur CPL

Régulations

La solution de téléphonie illimitée de l’opérateur ardéchois, sur réseau
électrique, est retenue par le Sipperec, syndicat des communes environnant
Paris. Tarif imbattable!

Le syndicat intercommunal de la proche couronne de Paris en charge des infrastructures -le Sipperec- n’avait pas fait mystère de ses intentions: il prévoyait bien d’adopter une offre de téléphonie très économique, reposant sur l’utilisation des réseaux électriques ou technologie CPL (courants porteurs en ligne).

Ce 6 novembre, confirmation a été donnée par le prestataire, l’opérateur ardéchois Mecelec.

Pour rappel, il s’agit du premier projet en France et en Europe avec un déploiement d’une telle ampleur. Le Sipperec estime le potentiel de 1,5 million de foyers.

L’accès à Internet haut débit et au téléphone (Voix sur IP) par la prise électrique permet également de nouveaux services

aux particuliers, aux entreprises, aux collectivités locales et aux distributeurs d’énergie.

Suite à l’expérimentation réussie à Rosny-sous-Bois et à Courbevoie, le Syndicat intercommunal a choisi Mecelec pour, dès 2007, déployer et commercialiser une offre de télécommunications « de gros » sur la boucle locale électrique auprès d’opérateurs « de détail » souhaitant proposer des offres aux clients finals, tant grand public que professionnels.

Après le lancement, dès mai, d’un appel d’offres international pour choisir la technologie et le/les partenaires industriels, Mecelec avait confié fin juin 2006 à un cabinet, Egis, la mission de rechercher les opérateurs de détail, susceptibles de la commercialisation des offres auprès des clients finals.

Deux catégories d’entreprises ont manifesté un intérêt au projet :

– les opérateurs télécoms, d’une part : opérateurs de réseaux présents en France sur la cible résidentielle, qui souhaitent renforcer leur présence auprès du grand public à partir d’une boucle locale alternative groupes étrangers non encore présents en France, tentés par une pénétration sur un nouveau marché en profitant d’une opportunité technologique,

– les opérateurs de téléphonie mobile souhaitant, à travers le CPL, proposer une offre de convergence,

– les opérateurs de niche désirant élargir leurs offres à de nouvelles cibles plus étendues.

– Les réseaux de distribution, d’autre part :

grande distribution alimentaire, en cohérence avec les récentes avancées dans le mobile, distribution spécialisée en produits technologiques (brun, téléphonie mobile), distributeurs d’énergie en complément de leur offre de base (électricité ou gaz), nouveaux entrants qui visent une complémentarité entre les services CPL et leur métier historique de distribution de produits ou de services auprès des particuliers ou des très

petites entreprises (TPE).

L’objectif commercial est d’ atteindre 30% du marché de la téléphonie fixe.

Avec l’option de VoIP (voix sur IP), les modèles économiques ont montré qu’ “il serait possible d’atteindre une offre consommateur final jusqu’à 10 euros TTC” (alors que la facture moyenne téléphonique en France, abonnement inclus, est de 28

euros TTC).

D’ores et déjà 20% des foyers de la zone ont renoncé à l’utilisation d’une ligne téléphone fixe. Des offres « double play » téléphonie et Internet (1 à 5 Mb/s crête symétrique) par la prise électrique pourraient, quand à elles, être proposées à partir de 20 euros TTC.

Les chances de succès de cette deuxième offre sont renforcées par la constatation qu’il reste dans la zone du Sipperec des secteurs assez importants où le haut débit et notamment le « triple play » n’est techniquement pas réalisable du fait de l’éloignement des NRA[locaux techniques]de l’opérateur historique“, explique un communiqué de Mecelec.

Une tarification dynamique Le partenariat avec Mecelec a permis un équilibre entre une souscription initiale et une tarification mensuelle dynamique. Des réflexions sont en cours pour définir : – Le montant unitaire de la souscription (50 à 100 euros par liaison), – Le minima à souscrire, – Une éventuelle exclusivité de commercialisation et sa durée, – Le retraitement éventuel de la sur souscription ou des potentiels non souscrits, – Les modalités de cession ultérieures des souscriptions non activées…Tarification mensuelle : La tarification mensuelle doit permettre de couvrir les coûts d’exploitation de Mecelec Télécoms Ile de France qui sont principalement constitués de frais fixes indépendants des parts de marchés atteintes.”Plus la contribution initiale, sous forme de souscription, contribue au financement de l’opération, moins les coûts récurrents mensuels sont élevés. Il est donc légitime de faire une péréquation entre les coûts de souscription et les coûts mensuels et de lier ces derniers à la part de marché constatée. Un des scénarios envisagés est le suivant : – Coût de souscription initiale : 50 euros – Coût mensuel : 5 euros HT (offre « simple play » voix) ; 15 euros HT (offre « double play » voix + données) – Baisse progressive de ce coût mensuel par paliers, fonction de la pénétration du marché.

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur