Pour gérer vos consentements :
Categories: Poste de travail

MeeGo renaît à travers Sailfish OS

A l’horizon 2013, MeeGo devrait sortir de sa léthargie et reprendre des couleurs sous les traits de Sailfish OS. Ce système d’exploitation mobile est l’œuvre de la start-up finlandaise Jolla, fondée par d’anciens salariés de Nokia.

L’environnement se base sur une distribution Linux dont l’acronyme Mer, utilisé pour « MeeGo Reconstructed », trahit un fork, une version dérivée du projet initial. Articulé autour des technologies HTML5 et du framework Qt, Salefish OS semble destiné à croiser le fer avec Firefox OS, autre système d’exploitation mobile attendu pour l’année prochaine.

L’un des différenciateurs de Sailfish OS, c’est une interface utilisateur propriétaire, qui n’est pas sans rappeler celle de BlackBerry 10. Un mode multitâche permet de gérer simultanément plusieurs programmes actifs, présentés sous la forme de vignettes dynamiques, comparables aux tuiles de Windows Phone.

Il devient possible de mettre un appel en attente ou d’interrompre la lecture d’un morceau de musique sans avoir à ouvrir d’application en plein écran. En revanche, les modes « personnel » et « entreprise » de BlackBerry 10 ne sont pas d’actualité, à l’instar des sessions d’utilisateurs que propose Android 4.2 « Jelly Bean ». L’OS de Google s’affiche tout de même en toile de fond, notamment dans l’apparence des menus et du dock sur l’écran d’accueil.

Une offre 100 % open source

A terme, Jolla compte placer toutes les composantes sous licence open source et construire à l’entour de Sailfish OS un écosystème ouvert, alimenté par une communauté qui utilisera un SDK dont la publication est « imminente ». Dans ses démarches, la jeune pousse peut aussi compter sur le concours d’un compatriote : l’opérateur télécoms DNA, qui devrait assurer, en Finlande, la distribution de terminaux. C’est l’occasion de conquérir l’Europe avant Firefox OS, Mozilla préférant se concentrer dans un premier temps sur l’Amérique latine.

Autre auxiliaire, ST-Ericsson, dont la plate-forme Novathor prend en charge Sailfish OS. « Cette synergie va apporter sur le marché de nouveaux produits mobiles innovants« , déclare à ce propos Marc Dillon, PDG de Jolla. Si les smartphones restent les premiers produits visés, Jolla n’exclut pas d’investir d’autres équipements connectés : non seulement les tablettes, mais aussi les téléviseurs et dans une approche BtoB, les systèmes embarqués.

Via ses bureaux situés à Hong Kong et ses pôles R&D implantés en Chine continentale, la jeune pousse se donne l’objectif de monter un consortium fédérant OEM (« Original Equipment Manufacturer »), ODM (« Original Design Manufacturer »), fabricants de semiconducteurs, opérateurs télécoms, développeurs et revendeurs.

Voici la vidéo de présentation de Sailfish OS :

Recent Posts

5 chiffres du marché de l’emploi cadre dans l’informatique

Métiers, secteurs, volumes d'offres... Le point, à partir des données de l'Apec, sur quelques indicateurs…

3 jours ago

Serverless : comment Airbus a développé son app de tracking W@y Oversize

Airbus a mis en place Squid, une équipe spécialisée qui a créé un pipeline de…

3 jours ago

Open Web Search : vers un Google européen ?

En gestation depuis 2019, le projet Open Web Search se lance officiellement, à l'appui d'un…

3 jours ago

Java 19 : 7 améliorations pour les développeurs

Des modèles étendus d'enregistrement au portage sur Linux/RISC-V, Java 19 est pensé pour renforcer le…

3 jours ago

Adrien Vandeweeghe prend la direction de Trellix en France

Le nouveau directeur de Trellix a pour mission de développer commercialement la filiale française, dont…

3 jours ago

Mainframe : une initiative de modernisation à la Fondation Linux

L'Open Mainframe Project dédie un groupe de travail à la question de la modernisation. La…

3 jours ago